Aller au contenu principal
Font Size

Portes Ouvertes Lely
Un investissement raisonné

Le 12 décembre à Mantilly, les éleveurs ont pu découvrir l’installation des frères Rainfray. Un système fonctionnel qui associe robot de traite et pâturage. 

© AD

Nicolas s’est installé en 2009.  Fabrice l’a rejoint en 2011.    Désormais, sur l’exploitation familiale, les parents ont laissé la main aux deux frères. Mais depuis l’installation des deux jeunes, l’exploitation a connu un développement important, en passant de 220 000 l de quota à près de 600 000 l aujourd’hui. Bâtiments et salle de traite 2*4 se sont rapidement trouvés sous-dimensionnés. “Chaque cycle de traite nous prenait 2 heures et demie, affirme Fabrice, et le bâtiment devenait  trop exigu”. Les éleveurs ont donc installé ensemble, un nouveau bâtiment avec la mise en place du robot de traite. Un Lely Astronaut 4, qui s’occupe des 70 vaches laitières à légère dominance race normande. Il est nîché dans l’ancien bâtiment des génisses, mitoyen de la nouvelle stabulation.  Avec aujourd’hui un an de recul, les éleveurs font le bilan. “Cela nous a apporté une souplesse de travail. Nous n’avons plus la contrainte de l’horaire”, souligne Nicolas. Les deux frères sont tous deux autonomes sur le robot. “Cela nous permet de nous remplacer l’un l’autre et de varier les tâches au quotidien”. 

Les vaches pâturent autant qu’avant
70 vaches laitières pour près de  600 000 litres de quota, et une seule stalle. Les éleveurs réussissent à écraser les frais fixes liés à l’amortissement du robot. Sans sacrifier les résultats techniques. Les vaches passent au robot à raison de 2,4 traites par jour avec pâturage, et entre 2,6-2,7 traites par jour en hiver, avec une hausse de la production par vache. “Il nous a fallu revoir le système de pâturage, mais nous avons réussi à conserver un accès direct de 18 ha aux vaches laitières, souligne Fabrice. “Les vaches pâturent autant qu’avant, presque plus, estime Nicolas. Le bâtiment  est à moins de 500 m du brin d’herbe le plus éloigné.  Nous avons disposé les points d’eau de façon à insiter les vaches à revenir dans le bâtiment pour se faire traire”. 
“L’exploitation des données du robot, accompagnée de l’oeil de l’éleveur ont permis d’accroître la aîtrise technique, estiment les éleveurs. L’investissement robot permet un plus dans l’efficacité du travail et une amélioration dans l’aménagement du temps et des conditions de travail. Et les vaches sont beaucoup plus calmes”. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité