Aller au contenu principal

SCIC Bois Bocage Energie (Chanu-61)
Un négoce durable et équitable du bois déchiqueté

5 plates-formes de stockage, 10 antennes locales, 156 adhérents et plus de 2 000 t de bois déchiqueté vendus par an... La SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) Bois Bocage Energie) est désormais bien enracinée dans la filière. Rencontre avec un de ses pionniers fondateurs, Laurent Nevoux.

L’aventure a commencé en 2006, à Chanu, petite commune de l’Orne. Le projet de remembrement local croise celui de la chaufferie à bois déchiqueté pour la maison de retraite. Une poignée de passionnés vont jouer les dénominateurs communs. Les collectivités ont besoin de se rassurer en se garantissant un approvisionnement régulier et de qualité. En face, les agriculteurs cherchent un débouché durable. C’est ainsi que naît la SCIC Bois Bocage Energie. Un outil de mutualisation au service du bois déchiqueté provenant essentiellement de l’entretien durable des haies bocagères. “Localement, ça a changé les mentalités, juge Laurent Nevoux, une des chevilles ouvrières de cette réussite. Valoriser le bois au lieu de le brûler dans la parcelle donne une autre image. On s’inscrit dans une démarche durable et environnementale”.

A moins de 10 km
Mais se chauffer au bois ne suffit pas. Encore faut-il que le combustible n’ait pas de longues distances à parcourir. Du côté de la SCIC, ça signifie “traçabilité et garantie d’une origine locale (inférieure à 10 km) pour un impact positif sur l’emploi local et l’environnement”.
C’est pourquoi Bois Bocage Energie a maillé son territoire. Elle dispose de 5 plates-formes de stockage et de 10 antennes locales. “Notre philisophie est de stocker au plus près des chaufferies et que chaque territoire trouve ses propres solutions d’approvisionnement. Quant au prix, il est défini après concertation entre le producteur et le consommateur. En 2011, le bois plaquette a été acheté 48 e/t (en vert à 40 % d’humidité arrivé plateforme) pour être revendu 98 e/t (en sec 20 % d’humidité arrivé chaufferie). Ce qui laisserait une marge nette de 3 à 5 e/t pour le producteur. Certes pas la poule aux œufs d’or mais un revenu supplémentaire de 30 à 50 e/100 mètres de haie linéaires exploitables tous les 15 ans ou bien encore 120 à 200 e/ha bordés de haies . 
L’achat et la vente de bois déchiqueté, qui peut aussi servir de paillage au jardin ou de litière à l’étable, n’est pas le seule activité de la SCIC. Outre la gestion des plates-formes collectives et la promotion de cette énergie renouvelable, Laurent Nevoux réalise également des études de faisabilité et assure une assistance à maîtrise d’ouvrage de projets bois énergie.

Achat, vente, gestion, promotion, conseil...
Du simple particulier à la collectivité territoriale. Autant d’acteurs qui peuvent adhérer à la société coopérative. Ce multi-sociétariat présente des vertus. Il garantit une forme de commerce équitable régional. Il dynamise le Bocage tout en assurant une gestion durable de son patrimoine naturel. Il constitue enfin un lieu d’échanges, de rencontres et de réflexions... Peut-être la clé de la réussite ? 

Pour en savoir plus :
SCIC Bois Bocage Energie
Place de l’Eglise 61800 Chanu
info@boisbocageenergie.fr
www.boisbocageenergie.fr
laurent@boisbocageenergie.fr
02 33 65 15 56.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité