Aller au contenu principal

Un nid de frelons asiatiques dans les pommes normandes

A Gonneville-sur-Mer (14), le cidriculteur Clément Lebrun a bien failli secouer un pommier qui dissimulait un nid de frelons asiatiques. Celui-ci contenait près de 1 500 insectes. En pleine période de récolte, il souhaite prévenir ses collègues de ce danger potentiel

Clément Lebrun a découvert le nid en vérifiant ses arbres avant de les secouer. Situé à 5 mètres, le guêpier contenait entre 1 200 et 1 500 frelons asiatiques. Le vibreur étant à découvert, les risques de piqûre sont élevés.
Clément Lebrun a découvert le nid en vérifiant ses arbres avant de les secouer. Situé à 5 mètres, le guêpier contenait entre 1 200 et 1 500 frelons asiatiques. Le vibreur étant à découvert, les risques de piqûre sont élevés.
© Thierry Guillemot

Un premier vol de frelons asiatiques en novembre 2017 à la fin de la saison avait alerté le cidriculteur sur la présence des insectes dans ses dix hectares de vergers. « Trois ou quatre frelons tournaient autour de chaque arbre, explique Clément Lebrun, attirés par le sucre des pommes. » Aussi cette année a-t-il tenu à vérifier ses arbres avant de les secouer.

 

Des milliers d'insectes

Sa surprise a été grande en apercevant dans l'un de ses pommiers l'énorme nid, à environ 5 mètres au-dessus de lui. Il s'est immédiatement éloigné de l'arbre et a appelé la mairie pour déclencher sa destruction par des professionnels. « C'est le deuxième que je trouve en quelques mois, s'inquiète-t-il, j'ai découvert le premier cet été dans une haie ». Les intervenants mandatés par la Fredon (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) ont posé un insecticide végétal permettant de tuer les frelons présents mais également ceux susceptibles de rentrer après leur passage. « Au bout de trois jours, le nid était vide », souffle l'agriculteur, effaré après coup d'apprendre que le nid contenait entre 1 200 et 1 500 insectes.

 

4 000 nids dans le Calvados

Introduit dans le département en 2011, le frelon asiatique est installé durablement, « il faut apprendre à vivre avec » indique David Philippart, directeur de la Fredon Basse-Normandie. La météo exceptionnelle de cette année a favorisé son expansion et la Fredon a déjà recensé et fait détruire 2 100. Le directeur estime à 4 000 le nombre de guêpiers qui seront détruits sur la seule année 2018. « En 2017, première année du plan de lutte collective instauré dans le Calvados,  raconte-t-il, on en a déclaré 1 000. » Les trois récents cas de décès survenus dans la Manche et dans le Calvados ont révélé la dangerosité de ces insectes venus de Chine, dont on connaissait essentiellement le danger pour les abeilles.

 

L'attaque du nid peut être mortelle

C'est à l'automne que les nids sont les plus gros et donc les plus dangereux pour l'homme. Construits au printemps, ils ont eu tout le temps de croître, accueillant jusqu'à plusieurs milliers d'insectes avant l'hiver. Le véritable danger pour l'homme est l'attaque du nid. Contrairement au frelon commun, tous les individus sortent pour le défendre, et c'est la multiplication des piqûres qui peut provoquer le décès, surtout lorsque la victime est âgée et qu'elle ne peut pas courir se réfugier chez elle pour appeler les secours.

 

Les haies, les pommiers mais aussi les hangars

Aussi, le directeur de la Fredon insiste-t-il sur l'attitude à adopter vis-à-vis des lieux rarement visités : les haies que l'on taille une fois par an, les pommiers, mais aussi les bâtiments peu utilisés et dans lesquels les nids ont pu se développer. 30% des guêpiers y ont été découvert. La prudence est de mise. S'engager brusquement peut déranger le nid et provoquer une attaque.

Cidre : un très beau millésime en quantité limitée

La qualité des pommes, de petit calibre, riches en sucres et en arômes promet un beau millésime pour les cidres. Toutefois, une baisse de 15% du volume est estimée par l’UNICID Cidres de France. L’association interprofessionnelle évalue de fait à 200 000 tonnes la récolte encore en cours, ce qui créerait « immanquablement un effet de tension à venir sur les marchés » selon elle. Les dernières pluies n’ont pas suffi à rattraper le manque d’eau et les conditions sèches actuelles accélèrent la chute des pommes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité