Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pays d’Auge
Un nouvel abattoir en vue ?

Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu pour les éleveurs des conséquences non négligeables, aussi bien d’un point de vue logistique que financier. Un abattoir de plus qui ferme est un outil de moins pour les agriculteurs, et cela fragilise un peu plus nos filières.

Agneau du Gaec Le vent des marais
Au Gaec Le vent des marais à Brucourt
© Aurélie Mournaud

Face à cette situation, plusieurs réunions accompagnées par la Chambre d’agriculture ont été mises en place avec les agriculteurs. Il était impensable de rester inactif face à cette situation qui impacte un peu plus le milieu agricole. C’est pourquoi, aujourd’hui, l’association Abattoir Fermier Pays d’Auge, constituée début 2020, a besoin de vous.

Pourquoi donc ?
Pour un projet d’abattoir mais pas n’importe quel abattoir. Nous avons le projet d’un outil dans le Calvados et plus précisément dans le Pays d’Auge. Cet outil à taille humaine, qui appartiendra aux agriculteurs, permettra de répondre à leurs besoins en ce qui concerne les petits animaux, notamment ovins, caprins, porcins et jeunes bovins (bio et non bio). En plus de respecter le bien-être animal, il respectera également le bien-être des éleveurs en leur évitant de passer autant de temps sur les routes et leur réduira considérablement les charges relatives à tous ces déplacements (et par la même occasion, il permettra l‘amélioration de l’environnement en réduisant la pollution de ces longs trajets). Cet abattoir fermier collectif de proximité, qui sera sous forme de Cuma, a besoin de vous pour voir le jour.

Pour cela, rien de plus simple, répondez à notre questionnaire en ligne  https://urlz.fr/cwPG. Il nous permettra de définir au mieux les besoins de chacun. Cela ne vous prendra que 10 minutes maximum.
N’hésitez pas à nous contacter par mail (abattoir.fermier.paysdauge@gmail.com) également pour tout renseignement, et à nous laisser vos coordonnées afin que nous puissions vous recontacter par téléphone si vous le souhaitez. Nous nous ferons un plaisir de répondre à vos interrogations.
 
Parce que l’avenir n’attend pas et qu’il faut se le construire soi-même, nous comptons plus que jamais sur votre participation à ce questionnaire.
Vous remerciant tous par avance.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité