Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le plan de conversion à l’agriculture bio
Un outil d’aide à la décision

La conversion à l’agriculture biologique peut engager de profondes modifications du système d’exploitation. Un accompagnement des producteurs est alors souvent nécessaire.

.
.
© P. Cronenberger

Avec une croissance de la consommation de 10 % par an depuis maintenant 10 ans, le secteur biologique ne parvient plus à satisfaire la demande. Collecteurs et transformateurs recherchent activement de nouveaux producteurs, en proposant des plus-values attractives. Cependant, même dans une conjoncture favorable, une conversion à l’agriculture biologique ne doit pas s’improviser, mais s’anticiper.
En cela, le plan de conversion est un outil indispensable. Il s’agit d’une approche globale du système d’exploitation, qui permet à l’agriculteur de clarifier son projet sous les angles techniques et économiques. L’objectif est de confronter ses pratiques actuelles aux exigences du cahier des charges, d’en mesurer les écarts, de proposer des solutions alternatives et d’en évaluer l’impact économique : calage des rations, incidence sur les niveaux de performances, sur l’assolement et le niveau de chargement à adapter, itinéraires culturaux…
Présenté sous forme de tableaux et de préconisations synthétiques, le plan de conversion  se veut un outil pratique pour préparer son passage à l'AB dans les meilleures conditions.
Outre l’étude de conversion, la visite du conseiller permet une large information sur l’organisa-tion des filières régionales, les perspectives de débouchés, les aides spécifiques au mode de production biologique et la chronologie des étapes à respecter pour obtenir sa certification.
Avec 29 600 ha de SAU en bio et 540 exploitations certifiées, la Normandie occupe une place de choix dans la perspective d’un développement de l’agriculture biologique. Avis aux candidats…


Pour en savoir plus et/ou prendre un rendez-vous avec un conseiller
- Calvados Chambre d’Agriculture :Thierry Métivier. Tél : 02 31 51 66 32.
GAB 14 :Guillaume Fernagu.Tél : 02 31 51 66 37
- Manche Chambre d’Agriculture : Jean Laurent. Tél : 02 33 06 46 50.
GAB 50 :Jérôme Virlouvet. Tél : 02 33 06 45 76.


- Orne Chambre d’Agriculture :Christophe Renault. Tél : 02 33 31 49 92.
GAB 61 : Jean-François Perret. Tél : 02 33 31 47 82.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité