Aller au contenu principal

Le plan de conversion à l’agriculture bio
Un outil d’aide à la décision

La conversion à l’agriculture biologique peut engager de profondes modifications du système d’exploitation. Un accompagnement des producteurs est alors souvent nécessaire.

.
.
© P. Cronenberger

Avec une croissance de la consommation de 10 % par an depuis maintenant 10 ans, le secteur biologique ne parvient plus à satisfaire la demande. Collecteurs et transformateurs recherchent activement de nouveaux producteurs, en proposant des plus-values attractives. Cependant, même dans une conjoncture favorable, une conversion à l’agriculture biologique ne doit pas s’improviser, mais s’anticiper.
En cela, le plan de conversion est un outil indispensable. Il s’agit d’une approche globale du système d’exploitation, qui permet à l’agriculteur de clarifier son projet sous les angles techniques et économiques. L’objectif est de confronter ses pratiques actuelles aux exigences du cahier des charges, d’en mesurer les écarts, de proposer des solutions alternatives et d’en évaluer l’impact économique : calage des rations, incidence sur les niveaux de performances, sur l’assolement et le niveau de chargement à adapter, itinéraires culturaux…
Présenté sous forme de tableaux et de préconisations synthétiques, le plan de conversion  se veut un outil pratique pour préparer son passage à l'AB dans les meilleures conditions.
Outre l’étude de conversion, la visite du conseiller permet une large information sur l’organisa-tion des filières régionales, les perspectives de débouchés, les aides spécifiques au mode de production biologique et la chronologie des étapes à respecter pour obtenir sa certification.
Avec 29 600 ha de SAU en bio et 540 exploitations certifiées, la Normandie occupe une place de choix dans la perspective d’un développement de l’agriculture biologique. Avis aux candidats…


Pour en savoir plus et/ou prendre un rendez-vous avec un conseiller
- Calvados Chambre d’Agriculture :Thierry Métivier. Tél : 02 31 51 66 32.
GAB 14 :Guillaume Fernagu.Tél : 02 31 51 66 37
- Manche Chambre d’Agriculture : Jean Laurent. Tél : 02 33 06 46 50.
GAB 50 :Jérôme Virlouvet. Tél : 02 33 06 45 76.


- Orne Chambre d’Agriculture :Christophe Renault. Tél : 02 33 31 49 92.
GAB 61 : Jean-François Perret. Tél : 02 33 31 47 82.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité