Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

PrixAgriManche 2.0
Un outil de base de négociation

Un peu plus d'un an après son lancement, PrixAgriManche 2.0, outil de référencement de prix d'intrants agricoles, reçoit quelques 300 visites par mois. Une montée en puissance progressive et contributive.

© TG

Ce n'est pas forcément pour changer de fournisseur mais ça permet à l'agriculteur d'avoir une assise et une base pour négocier avec le commercial". De son bureau de la Chambre d'agriculture d'Avranches, Magalie Corre (animatrice GVA- gestion de projets) pilote le PAM 2.0 (comprenez Prix Agri Manche ) grâce à la collaboration d'une trentaine d'agriculteurs/contributeurs ré-partis sur tout le département. A chaque fois que l'un d'eux achète ou passe commande d'un intrant agricole (GNR, aliment du bétail, médicament vétérinaire, animal sur pied, paille/fourrage et peut-être demain produit phytosanitaire et semence), il alimente  une véritable base de données, un observatoire des prix agricoles. L'idée est née d'un adhérent GVA qui avait créé un tableau excel pour centraliser sur un document unique le prix de ses fournitures sans avoir à toujours chercher les factures. L'esprit GVA, de partage et de mutualisation des expériences, est passé par là. La Chambre d'agriculture de la Manche, épaulée techniquement par la CRAN (Chambre Régionale d'Agriculture) et financièrement par le Conseil général de la Manche, a finalisé l'initiative. 

300 visites mois
Une vingtaine de nouvelles saisies mensuelles de prix enrichissent la base de données consultée 300 fois environ par mois. "Nous avons constaté, par exemple, que le prix du GNR pouvait varier d'une centaine d'euros les mille litres au cours de l'année", explique Magalie Corre.
Cet outil web permet de s'affranchir d'une certaine "culture de la discrétion orale" dans les négociations commerciales en apportant de la transparence. Transparence qui se fixe cependant des limites puisque le nom des fournisseurs n'est pas indiqué.
Il n'a donc pas pour vocation de révolutionner les pratiques commerciales mais d'apporter aux utilisateurs un outil d'aide à la réflexion face à un devis par exemple.
Un vendeur pourra difficilement prétendre qu'il ne peut pas faire mieux si sa proposition prix est totalement décalée de la réalité du moment.

Des évolutions à suivre
PAM 2.0 se veut évolutif. "Pourquoi pas un système d'alerte ?", s'interroge Magalie Corre. Manchois d'origine, il pourrait également se décliner à l'échelon des autres départements normands sans pour autant perdre en proximité. D'autres intrants pourraient également être intégrés. C'est, in fine, la demande du terrain qui le fera évoluer.

Combien ça coûte ?
PAM 2.0 est accessible en s'identifiant à partir des sites GVA et CRDA (www.crda-manche.fr)
et celui de la Chambre d'Agriculture (www.manche.chambagri.fr). L'accès est inclus
dans la cotisation annuelle des groupements (43 e/an)
et dans l'abonnement au site internet de la Chambre
(8 e/mois).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité