Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'analyse d'herbe
Un outil pour piloter la fertilisation des prairies

En prairie permanente ou de plus de 5 ans, les éléments fertilisants sont concentrés dans les 5 à 10 premiers centimètres. Pour connaître la réelle disponibilité des éléments phosphore et potasse, l'analyse d'herbe est l'outil le plus précis actuellement. Il permet de piloter la fertilisation en optimisant le rendement et les charges.

.
.
© DR

Des prairies normandes bien alimentées
La majorité des prairies normandes bénéficie de bons niveaux de nutrition (schéma 1). En phosphore, l’alimentation des prairies est très bonne avec trois-quarts des prairies (73 %) à un indice de nutrition au dessus de 100. En potasse, les résultats sont plus variables. Un tiers des parcelles dépasse l’indice 100. Une bonne part des prairies est correctement alimentée : niveau satisfaisant pour 40 % d’entre elles. Mais la potasse mérite d’être surveillée car 24 % des parcelles présentent un niveau de nutrition insuffisant voire très insuffisant.

Evaluez si vous pouvez faire l'impasse en engrais de fond sans affecter le rendement
Au vu d'un indice de nutrition très satisfaisant à excédentaire, il est tout à fait possible de faire l'impasse en engrais de fond en maintenant le rendement. L'impasse en phosphore peut se prolonger 2 ou 3 ans, l'impasse en potasse 1 ou 2 ans. Sur prairies de fauche exclusive ou avec des légumineuses, mieux vaut éviter l'impasse car elles exportent beaucoup de potasse.
Avec un indice satisfaisant, ne pas dépasser 60 uP2O5 et 150 uK2O. Le surplus n'a pas d'effet sur le rendement.
Notons aussi que le phosphore et la potasse des fumiers ou lisiers sont aussi efficaces que dans les engrais minéraux. Un apport de 25 t/ha de fumier vieilli ou 15 t/ha de compost de fumier de bovin couvre les besoins PK d'une prairie de 10 tMS/ha.

En pratique : prélevez l'herbe fin avril - début mai
- Choisissez une prairie de plus de 2 ans, représentative d'un mode de conduite, sans apport récent de fumier ou lisier.
- Prélevez l'herbe fin avril-début mai quand elle arrive à mi-bottes (15 cm herbomètre). Dans les pâtures, mettre une zone en défens.
- Prélevez 20 poignées en diagonale dans la parcelle, coupées à 5 cm au-dessus de sol.
- Enlevez le trèfle éventuel et mélanger pour faire un échantillon de 500 g.
- Faites sécher l'échantillon à l'air libre et à l'abri avant d'envoyer au laboratoire.
Au laboratoire, demandez une analyse foliaire : matière sèche, matière azotées totales, P et K.
Le coût est de 25.95 € HT. Le LANO offre la possibilité de faire une analyse de pH du sol en même temps pour un coût d'analyse total (herbe + terre) de 35.95 € HT.
Laëtitia CHEGARD
Chambred'agriculture de la Manche
lchegard@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité