Aller au contenu principal

L'analyse d'herbe
Un outil pour piloter la fertilisation des prairies

En prairie permanente ou de plus de 5 ans, les éléments fertilisants sont concentrés dans les 5 à 10 premiers centimètres. Pour connaître la réelle disponibilité des éléments phosphore et potasse, l'analyse d'herbe est l'outil le plus précis actuellement. Il permet de piloter la fertilisation en optimisant le rendement et les charges.

.
.
© DR

Des prairies normandes bien alimentées
La majorité des prairies normandes bénéficie de bons niveaux de nutrition (schéma 1). En phosphore, l’alimentation des prairies est très bonne avec trois-quarts des prairies (73 %) à un indice de nutrition au dessus de 100. En potasse, les résultats sont plus variables. Un tiers des parcelles dépasse l’indice 100. Une bonne part des prairies est correctement alimentée : niveau satisfaisant pour 40 % d’entre elles. Mais la potasse mérite d’être surveillée car 24 % des parcelles présentent un niveau de nutrition insuffisant voire très insuffisant.

Evaluez si vous pouvez faire l'impasse en engrais de fond sans affecter le rendement
Au vu d'un indice de nutrition très satisfaisant à excédentaire, il est tout à fait possible de faire l'impasse en engrais de fond en maintenant le rendement. L'impasse en phosphore peut se prolonger 2 ou 3 ans, l'impasse en potasse 1 ou 2 ans. Sur prairies de fauche exclusive ou avec des légumineuses, mieux vaut éviter l'impasse car elles exportent beaucoup de potasse.
Avec un indice satisfaisant, ne pas dépasser 60 uP2O5 et 150 uK2O. Le surplus n'a pas d'effet sur le rendement.
Notons aussi que le phosphore et la potasse des fumiers ou lisiers sont aussi efficaces que dans les engrais minéraux. Un apport de 25 t/ha de fumier vieilli ou 15 t/ha de compost de fumier de bovin couvre les besoins PK d'une prairie de 10 tMS/ha.

En pratique : prélevez l'herbe fin avril - début mai
- Choisissez une prairie de plus de 2 ans, représentative d'un mode de conduite, sans apport récent de fumier ou lisier.
- Prélevez l'herbe fin avril-début mai quand elle arrive à mi-bottes (15 cm herbomètre). Dans les pâtures, mettre une zone en défens.
- Prélevez 20 poignées en diagonale dans la parcelle, coupées à 5 cm au-dessus de sol.
- Enlevez le trèfle éventuel et mélanger pour faire un échantillon de 500 g.
- Faites sécher l'échantillon à l'air libre et à l'abri avant d'envoyer au laboratoire.
Au laboratoire, demandez une analyse foliaire : matière sèche, matière azotées totales, P et K.
Le coût est de 25.95 € HT. Le LANO offre la possibilité de faire une analyse de pH du sol en même temps pour un coût d'analyse total (herbe + terre) de 35.95 € HT.
Laëtitia CHEGARD
Chambred'agriculture de la Manche
lchegard@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité