Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

fourrages
Un partenariat “tout compris”

Les actions paille se poursuivent sous le signe de la solidarité. Onze exploitations d’Argentan reçoivent 700 t de paille.

Le canton d’Argentan (61), prévoit l’arrivée de neufs camions par semaine pendant six semaines, soit l’équivalent de 700 tonnes de paille dans la semaine. “Dès le début de la récolte, nous savions que les rendements seraient faibles. Les agriculteurs du canton se sont mobilisés pour trouver des fournisseurs de fourrages”, explique Sébastien Divay, président cantonal de la FDSEA de l’Orne.

De la paille d’Eure et Loir


C’est par l’intermédiaire de son technicien AGRIAL, originaire d’Eure-et-Loir, que Sébastien Divay prend contact avec des céréaliers de ce département. “Trois de ces agriculteurs (EARL Pré du Loir, EARL Lejards, Couvé Stéphane) ont répondu à notre appel. Ils avaient pour habitude de broyer les pailles, mais au vu de la situation fourragère des exploitations, ils ont préféré les botteler”, précise Sébastien Divay. L’autre point positif de ce partenariat : la prise en charge de l’organisation par les fournisseurs. “En effet, ils s’occupent de tout et nous appellent pour donner l’heure et la date de livraison”. Alors que pour beaucoup, des problèmes de transport subsistent, ces arrivages se font sans encombre. “Le transporteur est basé sur la même commune que les céréaliers, ils ont l’habitude de travailler ensemble. C’est une chance de pouvoir être livré dans ces délais”, estime le président cantonal. En terme de prix, la tonne revient à 65 € chargée dans le camion, auxquels s’ajoutent les frais de transport de 30 € (plus de 150 km). “Nous restons dans une gamme de prix élevée mais semblable à celle du marché”.

GAEC Leroux : 15 t de paille livrées


“Nous avons commandé 30 tonnes (15t sont livrées) pour ne prendre aucun risque”, confie Jérôme Leroux, installé avec ses parents Jean-Pierre et Odile Leroux en polyculture élevage. “En général, nous sommes en excédent de fourrages, mais avec la sécheresse les rendements sont faibles. En hiver, nous donnons 1 tonne de fourrage par jour à nos animaux, cet arrivage nous permettra de faire la jonction”, annonce l’agriculteur. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité