Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Entretien avec Stéphane Pasquet
Un président pour la section porcine

Le 6 avril dernier déjà, une douzaine d'éleveurs porcins du Calvados s'étaient réunis afin de remettre en place une section porcine JA et FDSEA. Il ne restait qu'à formaliser un bureau, chose faite le 27 avril. Questions à Stéphane Pasquet, le nouveau président de la section.

Stéphane Pasquet.
Stéphane Pasquet.
© VG

Quel est l'intérêt pour les éleveurs de remettre en place une section porcine dans le Calvados ?
Dans un secteur de production marqué par des appartenances à des groupements concurrents, une section porcine doit être un lieu de discussions, d'échanges, d'informations pour tous les éleveurs. Ainsi, en connaissance de cause, on peut individuellement peser, argumenter, donner notre avis dans les politiques de nos structures de commercialisation.
Par ailleurs, suite aux rapports Perry et Besson incitant à la création de regroupements pour l'aval, l'échelon production doit présenter un minimum d'unité et une force capable de proposer et discuter dans la filière.
Au niveau du département enfin, les éleveurs doivent être présents. Il est indispensable de proposer un ou des interlocuteurs professionnels dans toutes les structures et administrations qui gèrent l'agriculture du Calvados. Il est anormal par exemple que des enveloppes d'aides puissent ne pas être utilisées en totalité.


Le principal objectif de la section ?
D'abord et avant tout, la défense des producteurs de porcs. Malgré notre modeste échelon (par les volumes et le nombre de producteurs), nous devons donner notre avis.
La constitution de la section nous permettra aussi de mobiliser les éleveurs du Calvados lorsqu'une action est à mener.


Concrètement, quels seront les premiers travaux ?
Suite aux relevés de prix effectués par les FDSEA, le relais des médias nationaux, c'est le moment de donner de la voix pour une meilleure répartition des marges dans la filière et pour modifier le rapport de force avec la grande distribution. Pourquoi ne pas envisager une action commune avec les autres productions pour répartition plus équitable des marges?
Nous devons aussi participer au relais mis en place par le syndicalisme qui est présent physiquement, toutes les semaines, au MPB (Marché du Porc Breton). Rappelons que depuis plus de deux ans, cette présence quotidienne de représentants des éleveurs à Plérin a prouvé son efficacité.


Un message aux éleveurs du Calvados ?
Surtout le souhait de voir les éleveurs de porcs qui n'ont pas pu être présents à la création de la section se manifester pour participer à la section. Il s'agit de nous regrouper pour mieux nous faire entendre et pour défendre la production porcine dans le Calvados.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité