Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Culture
Un réseau de collections fourragères en Normandie, pour quoi faire ?

Tout comme en variétés de maïs ensilage, la progression de la sélection sur les espèces fourragères apporte régulièrement des nouvelles variétés sur le marché...

Par manque d’information et de repères visuels de nom-breux éleveurs ont peu d’éléments pour choisir leurs variétés fourragères. Et pourtant cette prairie mise en place le sera pour plusieurs années. L’impact d’un choix mal maîtrisé des variétés dans un mélange prairial peut être lourd de conséquences sur la productivité et la qualité de cette prairie.Face à cette situation, le réseau des Chambres d’agriculture de Normandie a souhaité apporter au travers de la mise en place de 8 sites de collections fourragères, quelques réponses aux nombreuses questions des éleveurs normands. Ces différents sites normands concernent non seulement les ray-grass anglais et trèfles blancs, mais aussi les au-tres espèces fourragères composant les mélanges prairiaux. Les caractéristiques comme la souplesse des feuilles sur fétuques élevées, l’aptitude au pâturage pour les dactyles ou la vigueur à l’implantation sont des éléments très intéressants à visualiser sur le terrain. D’autre part, les références fournies par le GEVES (Groupe d’Etude de contrôle des Variétés Et des Semences), organisme officiel assurant l’expertise sur les nouvelles variétés végétales, sont issues de parcelles de fauche, mais ne donnent pas d’éléments propres à une conduite de pâturage.Pour quels objectifs et quel suivi ?
Les objectifs de ces collections fourragères, c’est tout d’abord faire connaître aux éleveurs de Normandie les nouveautés variétales, ceci afin de bien montrer ou bien démontrer tout l’intérêt de choisir les bonnes variétés dès l’implantation de leurs prairies. Ensuite ces différents sites permettront pour de nombreux conseillers d’élevage de compléter les données des catalogues commerciaux, et ainsi apporter un conseil prairial argumenté aux éleveurs. La réalisation d’une synthèse annuelle fournira également des références locales pour établir un document de préconisations des variétés dans le contexte de la Normandie. Ce document régional sera bien un complément des données obtenues dans le cadre des essais réalisés pour l’inscription au catalogue officiel français (voir site Herbe-Book.org).Cette synthèse annuelle se fera à partir d’un travail régulier de notations pour suivre le développement des différentes espèces ou variétés présentes dans ces collections fourragères : notation de la vigueur à la levée, la résistance à la rouille, la reprise de végétation en sortie hiver, le port, la remontaison, le salissement, flexibilité du feuillage (fétuques élevées) et l’appétence. Ce dernier critère s’appuiera évidement sur les remarques qualitatives des éleveurs qui ont accepté de mettre en place ces différents dispositifs fourragers.Un 1er RDV régional le 20 juin aux Prairiales de la Blanche Maison pour en savoir plus
Ce travail de terrain n’est possible qu’avec le soutien sans faille des éleveurs bien sûr, mais aussi des différentes firmes fourragères (Barenbrug, Carneau, Caussade, Jouffray Drillaud, Limagrain, RAGT, Semences de France...). Nous vous invitons donc à venir nombreux rencontrer ces firmes mais aussi les spécialistes de la prairie du réseau des Chambres d’agriculture de Normandie au cours des Prairiales de la Blanche Maison (Manche) le jeudi 20 juin.Au cours de cette journée, vous pourrez visualiser le comportement de différentes espèces de graminées (ray-grass anglais, ray-grass hybride, dactyle, fétuque élevée, festifolium, fléole), et de légumineuses (trèfle blanc, trèfle violet, trèfle hybride, trèfle incarnat, luzerne, lotier). Différentes variétés, principalement des ray-grass anglais, ont été semées pures, mais de nombreux mélanges fourragers proposés par les firmes ont été implantés. Cette vitrine prairiale mise en place début septembre 2012, sera conduite en pâturage et fauche. Des essais de rénovation compléteront cette vaste vitrine. Retenez donc dès maintenant la date du 20 juin, pour parler de vertes prairies de Normandie dans la Manche.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité