Aller au contenu principal

Calvados
Un robot rouge pour un élevage dans le vert !

A Moyaux (14), le GAEC de la Beaudrière dispose du dernier-né de la gamme Lely. Avec des courbes généreuses, “l’A4 ne fait pas que traire”. Il contribue à la vitalité de l’élevage, grâce à multiples analyses. S’y ajoute une auge mobile pour que la vache entre en douceur dans “l’ère” du robot.

Des courbes généreuses… Dans son bureau, l’agricultrice dispose d’informations au doigt et à l’œil. Comptage des cellules, taux de rumination ou température sont des exemples d’information aisément accessibles. Graphiques, courbes et diagrammes révèlent l’état sanitaire de son cheptel. “Bien sûr, le robot me retire une astreinte. Mais notre choix ne se justifie pas uniquement par le temps de travail. Le robot ne fait pas que traire. Les données recueillies assurent un suivi précis du cheptel”, témoigne Myriam Morin, associé du GAEC de la Beaudrière qui produit 720 000 litres de lait sur 340 hectares.

"Le robot ne fait pas que traire"
Objectif avoué de l’agricultrice : détecter plus de chaleurs grâce au robot et privilégier le préventif au curatif. “Avec l’ancienne salle de traite, nous ne disposions pas d’informations comme la rumination ou l’activité. C’est hyper important. Certaines chaleurs sont délicates à observer. Le robot, lui, les détecte”. Sur l’écran, un message d’alerte apparaît alors. Autre outil scruté régulièrement par l’agricultrice : la pesée automatique. “Auparavant, nous donnions à toutes les bêtes la même dose de médicament. Nous sommes surpris par le poids de certains animaux. Je pensais que ma vache la plus lourde était une normande.Or, la plus lourde est une Prim’Holstein de 848 kg quand la plus légère ne dépasse pas les 470 kg”.

Une révolution contre la lipolyse

Le robot dispose d’un mode inédit de transport du lait. Une membrane en silicone de la pompe contient 4 litres. De l’air est envoyé dans le cylindre et comprime la pompe. Le lait est donc acheminé vers le tank
sans qu’il ne soit victime de turbulences. “Contrairement aux anciens systèmes, nous limitons les risques de barattage et par conséquent de lipolyse”, justifie Cyril Legoff.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité