Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un semis syndical et solidaire

Le long de la RN13, à proximité de l'échangeur de Secqueville-en-Bessin, une parcelle est en friche. Ce champ, parfaitement clôturé, appartient à l'État. Les Jeunes Agriculteurs ont décidé de la cultiver. Ils dénoncent ainsi le gaspillage du foncier. Mais à cette action syndicale, se joint une opération solidaire. Les bénéfices de la récolte seront reversés au Téléthon. Explications de Stéphane Françoise, président JA du canton de Bayeux.

Où sommes-nous ?
Nous sommes à Secqueville-en-Bessin à côté de l'échangeur sur l'axe Caen-Bayeux. Il s'agit d'un terrain appartenant à l'État. Mais, nous ne connaissons absolument pas sa destination. La parcelle n'est pas entretenue. De nombreux chardons en fleurs s'y développent. Ils ont infesté la campagne avoisinante. On nous demande pourtant de limiter les produits phytosanitaires. Nous pensions que cette terre était la propriété du Conseil général, mais ce dernier nous a renvoyé vers l'État. Depuis deux ans, rien ne s'y passe. Alors, on rentre.

Cette parcelle dispose d'une clôture refaite à neuf. Vous n'avez aucune information sur le rôle de ce terrain ?
Une chose est sûre : il n'est pas entretenu. Cependant, il y a des rumeurs qui disent que ce terrain serait destiné à la construction d'un pont-bascule pour peser les camions. Mais, nous n'avons aucune certitude.

Quel est l’objectif de votre action ?
Nous dénonçons le gâchis du foncier. Nous voyons trop de parcelles à l'abandon. Aujourd'hui, nous semons du maïs grain. La récolte est programmée le jour du téléthon, au profit du téléthon. Sur le département, notre opération n'est pas isolée. Des parcelles ont aussi été implantées sur Falaise ou Mondeville. L'idée est de faire un don. La coopérative de Creully a fourni la semence et achètera la récolte.

Qu'attendez-vous de cette opération ?
Je pense que ça va bouger. Au niveau de l'État, j'espère que certains vont réagir. Nous avons déjà rencontré des représentants du Conseil général. Ils ont réagi et déclenché l'élaboration d'un recueil pour recenser les parcelles à mettre à disposition des agriculteurs. Nous attendons de voir l'efficacité de ce dispositif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité