Aller au contenu principal

Elvup
Un service récolte de maïs est né des Défis ensileuses

Vendredi 25 septembre, Elvup a présenté les résultats de son Défi ensileuses 2020. Cette année, la structure a passé à la loupe les effets variétés de maïs sur l’indice de fragmentation des grains et tiré le bilan de cinq années d’expérimentation.

ELVUP DEFIS ENSILEUSES
Le 24 août, jour de la récolte, Caroline Liais, conseillère Elvup et Etienne Salze, technicien fourrages Elvup prélèvent des échantillons pour analyses.
© DR

« Il y a cinq ans, nous commencions à parler de l’éclatage des grains de maïs, mais nous n’avions pas d’outil.  Maintenant, la mesure de l’indice de fragmentation des grains (IFG) est devenue une mesure de référence en France. Les éleveurs sont sensibilisés. Les méthodes d’analyse sont efficaces. Les équipements des machines ont progressé, les réglages et les conduites aussi. » Philippe Legendre, vice-président d’Elvup, apprécie et salue le travail réalisé grâce aux quatre Défis ensileuses réalisés ces dernières années.

Trois premiers défis

Les travaux ont commencé en 2014 « avec les premières analyses de l’indice de fragmentation du grain », rappelle Olivier Raux, nutritionniste référent Elvup. Les premières conclusions tombent : un IFG autour de 70 % améliore la digestibilité de l’amidon dans le rumen et by pass et limite les pertes. Les défis suivants travaillent sur les réglages des machines (longueur de coupe et serrage de l’éclateur). Il en ressort que la conduite du chauffeur et les réglages de la machine, adaptés au chantier, se répercutent sur l’IFG. « Plus on serre l’éclateur, meilleur est le résultat. On gagne 3 à 4 points d’IFG par mm de serrage. Et + 10 % de différentiel de vitesse donnent 5 points d’IFG. » Alors, même si le débit de chantier ralentit, Olivier Raux souligne : « sur un troupeau de 70 vaches laitières et un chantier de 30 ha d’ensilage, un bon éclatage du grain peut faire gagner 9 000 € ».

2020, défi n°4

Cette année, Elvup a testé l’effet variété. « Nous avons semé 23 variétés, dont neuf de l’année dernière, principalement précoces, dans 26 parcelles. Les plantes se sont bien développées, même si certaines ont manqué d’eau. » Une BiG X 780, réglée à 14 mm de longueur de coupe, avec un écartement des rouleaux à 1 mm et un différentiel de vitesse de 40 %, a récolté des plantes sèches à très sèches. « On a conclu que des variétés sont plus difficiles à éclater que d’autres. Il faut donc régulièrement vérifier le travail de l’ensileuse grâce au test du seau. » Olivier Raux remet en mémoire que « plus le grain reste dans le silo, plus la dégradabilité de l’amidon dans le rumen augmente. On gagne 5 à 10 points d’IFG entre un maïs vert et un maïs fermenté de quatre mois ». Quatre années de conclusions plus tard, Elvup classe alors par ordre d’importance les paramètres jouant sur l’IFG : l’effet chauffeur et l’effet éclateur d’abord ; puis l’usure de la machine, la variété et la fermentation ; et enfin la matière sèche, la teneur en amidon, la longueur de coupe, la machine.

Un socle, deux options

Voilà pourquoi, lors de la conférence de presse fin septembre, Elvup a annoncé la mise en place d’un service récolte de maïs. Il comprend dans le socle commun : une visite des parcelles deux à trois semaines avant l’ensilage pour fixer la date de récolte ; une analyse de matière sèche de la plante entière dans les parcelles ou par variété ; un diagnostic de la longueur de coupe et du tassage du silo en amont. Puis, deux options s’offrent à l’éleveur. Soit la basique, avec un réglage de la machine le premier jour du chantier ; soit l’option premium, avec laquelle un technicien reste toute la journée sur le chantier, effectue des tests du seau toutes les heures, à chaque changement de variété, des analyses DT de l’ensilage tout l’hiver, le calcul de l’IFG à la récolte et à l’ouverture du silo. Les tarifs : 230 € HT pour l’option standard ; 680 € HT version premium. A relier aux 9 000 € d’enjeu pour un bon éclatage. « Tous les conseillers de secteur sont spécialisés en nutrition et pourront assurer le service récolte. L’éleveur qui n’a pas le temps d’arrêter pendant le chantier d’ensilage a tout intérêt à nous appeler. » Si l’entreprise espère avoir beaucoup de demandes, elle entrevoit les prochains défis à relever pour les années à venir : celui de la nutrition, du changement climatique ou encore de l’herbe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie
La FRSEA de Normandie a terminé ce lundi 21 septembre le renouvellement de ses instances engagé au printemps dernier.
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Publicité