Aller au contenu principal

Producteurs spécialisés en viande bovine
Une année 2008 très difficile en terme de revenu

Les dernières estimations de l’évolution du revenu des producteurs de viande bovine observées par les réseaux d’élevages du Grand Ouest et Nord Ouest (Institut de l’élevage et les Chambres d’agriculture) font ressortir une nouvelle année difficile pour les systèmes naisseurs et naisseurs-engraisseurs. La bonne tenue du prix des vaches allaitantes et surtout des taurillons ont été largement anéantis par la hausse des engrais, des carburants et des concentrés azotés qui ont littéralement flambé en 2008. La baisse dramatique des cours des broutards ont accentué les difficultés chez les naisseurs tandis que les engraisseurs ont bénéficié d’un meilleur rapport entre le prix du maigre et celui des animaux gras.

Naisseurs : le prix du broutard à nouveau à la baisse
Ce profil d’exploitation se caractérise par un chargement de 1.6 UGB/ha de SFP, réalise 70 vêlages sur 70 ha de SAU, engraisse les femelles et vend les mâles en broutard.
Avec 36 € de moins, le prix du broutard chute encore de 5 %, après les moins 13 % observés en 2007. Mais ce sont surtout les charges qui plombent le résultat, induites directement par la hausse du prix des engrais et des carburants. Les coûts alimentaires (fourrages et concentrés) passent de 198 € à 241 €/UGB soit près de 4 000 € d’augmentation par élevage. Avec en plus une baisse de 20 % du prix des céréales vendues, le revenu descend à moins de 11 000 € soit son plus bas niveau depuis 10 ans (Graphique 1).

Naisseurs-engraisseurs : les charges augmentent plus vite que le prix des animaux
Ce profil d’élevage se caractérise par un chargement de 1,6 UGB/ha , avec quelques vêlages en moins (64) sur une surface équivalente (73 ha) mais tous les mâles sont finis en taurillons.
Malgré la reprise du prix des taurillons et le maintien du prix des vaches, cette catégorie d’éleveurs voit leur revenu baisser. Comme chez les naisseurs, ce sont les hausses des engrais, des carburants et des correcteurs azotés qui pénalisent durement le résultat. Après une période de stabilité depuis les années 2000, le revenu des naisseurs engraisseurs reculent nettement après la baisse déjà très sensible subie en 2007 (Graphique 2).

Engraisseurs : l’écart de prix taurillons – broutards sauve la mise
Ce système se caractérise par une dimension économique plus importante, associant 80 ha de cultures de vente à un atelier de taurillons de 150 places.
Ce profil d’exploitation est aussi touché par la hausse des charges mais également par la baisse du prix des céréales. Cependant il bénéficie d’une double conjoncture favorable avec d’une part la hausse du prix des jeunes bovins finis et d’autre part la baisse du prix des broutards. Il confirme sa progression de 2007 en se situant à son meilleur niveau de la décennie (Graphique 3).

Et pour les campagnes à venir ?
Ce panorama, somme toute relativement négatif ne doit pas pour autant décourager les éleveurs. Des adaptations ont été possibles en réduisant les consommations d’intrants (engrais de fond, concentrés) sans pour autant pénaliser les performances, dans la mesure où les récoltes fourragères ont été bonnes en 2007 et 2008. Pour 2009, la détente devrait se confirmer pour les engrais, les carburants et les concentrés énergétiques.
Il faut pourtant rester plus vigilant que  jamais avec la nouvelle réforme de la PAC qui s’annonce.
Patrick CARTOUX
Chambre d’Agriculture de l’Orne
Avec la participation des réseaux Normandie et Pays de la Loire

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité