Aller au contenu principal

Franck Labarrière, Eleveur à Varaville (14)
Une année blanche pour passer le cap

Jeune agriculteur et éleveur de vaches allaitantes en Gaec à Varaville (entre Caen et Cabourg), Franck Labarrière manifestera demain bd Koenig à Caen à partir de 10 h 30. Il répond ainsi présent à l’appel à la mobilisation (toutes productions confondues) lancé par la FRSEA, JA et les FDSEA. Au chapitre de ses revendications prioritaires : une année blanche pour l’aider à passer le cap.

Toutes les productions agricoles sont victimes d’un effet ciseau. Les charges ont fortement augmenté ces derniers temps alors que les prix payés aux agriculteurs se sont écroulés.
Toutes les productions agricoles sont victimes d’un effet ciseau. Les charges ont fortement augmenté ces derniers temps alors que les prix payés aux agriculteurs se sont écroulés.
© TG

Comment a évolué votre revenu depuis votre installation en 2003 ?
Il s’est fortement dégradé, plus particulièrement ces trois dernières années : - 10 % en 2007, - 15 % en 2008 et sans doute encore plus en 2009 même si les comptes ne sont pas encore finalisés. Pourtant, nous avons avec mon associé investi pour nous développer. Nous sommes passés de 60 à 110 vaches allaitantes. Il y a du boulot pour 3 mais pas question d’embaucher dans cette conjoncture. 

Cette conjoncture justement, vous l’expliquez comment ?
Toutes les productions agricoles sont victimes d’un effet ciseau. Les charges ont fortement augmenté ces derniers temps alors que les prix payés aux agriculteurs se sont écroulés. Le blé que je vendais 150 e/t l’an dernier est tombé à 100 e cette année et il n’y aura pas de complément de prix. Le broutard que je vendais 825 e/tête en 2008 s’est négocié à 725 e cette année. Il faut y ajouter d’autres éléments comme la vaccination FCO : ça m’a coûté 10 e/UGB soit une facture totale de 2 500 e, autant de revenu en moins.

Comment faites-vous pour tenir dans ces conditions ?
Nous avons la chance de produire 20 à 25 bœufs par an, un créneau sur lequel les cours ont été moins chahutés. Nous vendons également du foin et cela nous a aidés mais nous approchons tous dangereusement du taquet. Les problèmes de trésoreries dans les exploitations sont de plus en plus récurrents.

Qu’attendez-vous concrètement des pouvoirs publics ?
Une année blanche. En d’autres termes, la prise en charge par l’Etat des intérêts d’emprunt. C’est indispensable pour passer ce cap 2009. Je pense également à une année blanche en terme de cotisations sociales et au remboursement de la TFNB.

Une demande que vous avez chiffrée au niveau de votre exploitation ?
Les annuités d’emprunt au niveau du GAEC s’élèvent à 58 000 e dont 12 500 e d’intérêts. Des emprunts liés à la mise aux normes imposées par la France et à l’obligation de moderniser notre outil de production pour répondre aux contraintes environnementales, aux normes sanitaires, aux obligations de traçabilité...

Au delà de cette année blanche, quelles sont les autres leviers à actionner pour éviter un quasi dépôt de bilan agricole ?
Des pistes sont à explorer quant à la réduction du coût du travail pour faire face aux distorsions sociales au sein de l’Europe. Il faut également lever le pied sur les contraintes franco-françaises. Nous devons nous battre encore pour obtenir le remboursement de la TIPP et de la TICGN. Il faut rester vigilant par ailleurs sur les pratiques commerciales et sur l’évolution du dossier carbone...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Publicité