Aller au contenu principal

Betterave
Une année pour le maintien du bassin de production

2005 : une année mouvementée. L’action du syndicat et des élus locaux a permis de maintenir l’activité de la sucrerie de Cagny.

Dominique Ducroquet, président de la CGB. “Nous devons nous inscrire dans une dynamique de reconquête du marché de l’Union Européenne, qu’il soit alimentaire ou non.”
Dominique Ducroquet, président de la CGB. “Nous devons nous inscrire dans une dynamique de reconquête du marché de l’Union Européenne, qu’il soit alimentaire ou non.”
© V.M
La défense du bassin de production a marqué l’année 2005. Le président de syndicat betteravier du Calvados, Sarthe et Orne, Eric Dechaufour, a d’ailleurs remercié les parlementaires et l’administration pour leur soutien. “Ils nous ont aidé à obtenir ce quota additionnel sucre et un agrément éthanol spécial Cagny pour pérenniser le bassin de production”. Ce travail a débuté dès le mois de juin dernier avec la rencontre de députés, suivi d’un déplacement au ministère en juillet pour transmettre une demande d'accès aux quotas éthanol. La requête a ensuite été réitérée. Résultat : un agrément éthanol de 20 000 tonnes, un quota sucre additionnel au titre de l’éloignement de 6000 tonnes et une part d'accès au quota additionnel par rapport à la production de C. Saint Louis Sucre s’est également engagé à maintenir l’usine jusqu’à la fin du règlement sucre en 2014.Incertitude sur le prix des betteraves Les planteurs, livrant à Cagny, disposent des quantités. Le syndicat veut désormais des prix rémunérateurs. “Faire de la betterave à prix trop bas : ça ne nous intéresse pas ! Nous voulons continuer à être payés en fonction de la valeur du produit fini. Si le pétrole baisse la betterave éthanol aussi. Mais si le baril augmente, le prix de de nos betteraves doit suivre cette tendance. Nous acceptons ce risque” affirme Eric Dechaufour. Des rendements exceptionnels En 2005, les rendements atteignent 80 tonnes à l’hectare. Soit 7,5 tonnes au dessus de la moyenne décennale. En revanche, les résultats des trois départements sont légèrement inférieurs au rendement moyen national de 82,4 tonnes à l’hectare. Dominique Ducroquet, président de la CGB, a conclu l’assemblée générale. Il a évoqué l’importance du prochain accord interprofessionnel. “Nous ne pouvons pas nous contenter d’un simple replâtrage de cet accord.” La CGB souhaite que l’administration revoie la définition de la betterave marchande. “Fini le temps où la quantité livrée ne correspondait pas à la quantité de betteraves payée. Fini le temps où la règlementation nous conduisait à laisser du sucre dans les champs parce que le collet n’était pas payé” poursuit le président. En contrepartie, les planteurs devront faire face à leur responsabilité, pour les problèmes agricoles. Par exemple pour la tare terre : “nous en assumerons les conséquences en termes de coût”. V.MSurface par sucrerie en 2005 - Sucrerie de Cagny : 9803 hectares dont 6316 dans le Calvados et l’Orne. - Sucrerie d’Artenay : 8932 hectares. - Nombre de planteurs : 995
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Publicité