Aller au contenu principal

Une belle opportunité pour la reconnaissance de vos produits

Inscrivez-vous au Concours général agricole.

© CA NORMANDIE

Depuis sa création en 1870, le Concours général agricole a pour ambition de sélectionner et de primer les meilleurs produits du terroir français, issus de la production fermière ou de la transformation. Reconnu et largement médiatisé, ce Concours constitue un tremplin unique pour les produits du terroir. Participer au Concours général agricole (CGA), c’est bénéficier d’une légitimité supplémentaire auprès de votre profession et du grand public. En Normandie, en 2014, 65 en-treprises et producteurs ont été médaillés, pour un total de 111 médailles (or, argent et bronze).

Cas concret

La Ferme de l’Isle, à Moyon dans la Manche, a présenté 5 produits laitiers l’an dernier, et obtenu 4 médailles. Anne-Sophie Simon, une des associées, témoigne. 
Quand avez-vous commencé à participer ? Mes parents avaient participé il y a 15 ans mais, faute de temps, n’avaient pas continué. En s’installant sur la ferme avec ma sœur, nous avons voulu participer, et avons présenté 3 produits en 2013 et 5 en 2014. 
Pourquoi prendre part à un concours national ?Nos produits sont très appréciés par nos clients, mais nous avions envie d’avoir un jugement extérieur de personnes qui ne les avaient jamais goûté. Certains de nos produits sont labellisés Manche Terroirs, ce qui donne déjà une validation extérieure sur le goût des produits par des consommateurs. La garantie qu’apporte le CGA au travers des dégustations réalisées et jugées par des professionnels est vraiment importante pour nous, pour une reconnaissance et une valorisation de nos produits. 
Quels produits avez-vous présentés ? Nous avons choisi de présenter nos produits phare, qui se vendaient le plus, et les produits que nous souhaitions développer. Ainsi, la crème crue, la faisselle, le fromage blanc à la vanille et le fromage blanc aux fruits des bois ont été primés : 2 médailles d’or et 2 médailles de bronze. 
Quelles ont été les retombées ? Plusieurs articles sont parus dans les journaux, avec le plus souvent des contacts spontanés de la part de la presse. Cela a eu des retombées sur nos marchés avec de nouveaux clients qui sont venus sur le marché de Saint-Lô, et qui reviennent… Nous avons aussi créé des affichettes avec la médaille du Concours général agricole, et collé les autocollants sur nos produits. Chez nos clients grossistes, les ventes ont augmenté sur les produits primés. 
Le jeu en vaut-il la chandelle ? Oui bien sûr ! Malgré le coût de l’inscription, les retombées sont vraiment intéressantes et ça valorise nos produits, je le conseille vivement aux producteurs qui souhaitent mettre en avant leurs produits et acquérir une reconnaissance supplémentaire. D’ailleurs, nous allons bientôt valider notre inscription pour le concours 2015 ! 
Vous pouvez dès à présent vous inscrire sur internet www.cga-paris.com, ou demander un dossier papier à votre Chambre d’agriculture. Dates limites d’inscription : - produits laitiers et volailles : 3 octobre ;- produits cidricoles, produits sucrés, charcuterie, truites : 31 octobre ;- huîtres : 29 novembre.

Catégories proposées

Plusieurs catégories sont proposées, et notamment :

- apéritifs : liqueurs et crème de fruits ;

- bières ;

- charcuteries : rillettes (porc, canard, oie), jambons, pâtés, andouille de Vire ;

- cidres et poirés ;- confitures : confitures de fruits, confiture de lait ;

- découpes de volailles : cuisses et filets de poulets, magrets de canard ;

- eaux-de-vie : Calvados AOC, eau de vie de cire ;- huîtres de Normandie ;

-jus de fruits et nectars ;

- miels et hydromels ;

- pommeaux ;

- palmipèdes gras : foie gras, magrets, rillettes ;

- produits laitiers : beurre, crème, desserts lactés, fromages, fromages frais, laits, yaourts ;

- safran ;

- truite tranchée ;

-volailles abattues : poulets et pintades.


Renseignez-vous

Arnaud Didier, Chambre régionale d’agriculture  au 02 31 47 22 58 ou le conseiller Produits fermiers de votre Chambre d’agriculture départementale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité