Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Identification
Une bonne organisation

L’identification en Normandie est assurée par 4 services dédiés répartis sur la zone (14, 50, 61, Haute-Normandie).

L’identification en Normandie, c’est 2 200 000  mouvements de bovins contrôlés et enregistrés.  (DR)
L’identification en Normandie, c’est 2 200 000 mouvements de bovins contrôlés et enregistrés. (DR)
© DR
Créés il y a 30 ans, les services Identification ont mis en place des solutions adaptées respectant les règles de la traçabilité et répondant aux attentes des éleveurs (qualité de traitement, professionnalisme, écoute, etc.) Appuyés sur un réseau de conseillers spécialisés et expérimentés, les éleveurs peuvent compter sur un service de proximité pour les accompagner dans leurs démarches d’identification et de traçabilité. Les 4 services, administrés par des professionnels, ont développé avec le concours d’éleveurs utilisateurs des solutions innovantes comme l’utilisation d’Internet ou des nouvelles technologies pour améliorer la compétitivité et optimiser la gestion des élevages.

Pour assurer un service cohérent, efficace et économe, les services d’Identification normands ont également mis en commun leurs moyens pour conduire des projets fédérateurs:

A l’échelle de la Normandie :
- Certification ISO 9001.
- Appel d’offre en commun des repères d’identification pour baisser les prix.
- Services communs, procédures identiques, harmonisation des tarifs en cours.
- Partage de connaissances et de pratiques.

Interrégionaux :
- Base de données communes à 4 régions d’élevage (Normandie, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, une partie du Centre) soit 25 % du cheptel bovin français.
- Logiciel de gestion de l’identification et site SYNEL déployés sur 49 départements, soit plus de 55 % du cheptel bovin et 63 n% des exploitations ovines-caprines.
Grâce à cette mutualisation, les prestations fournies sont économes et efficaces : 98,5 % des naissances notifiées par les éleveurs respectent les délais réglementaires contre 97,9 % au niveau national, ainsi que 87,7 % des achats et des ventes contre 83 % au niveau de la France. Aussi, les éleveurs utilisent à plus de 60 % l’informatique pour envoyer leurs déclarations de mouvement. Pour le suivi sur le terrain, les 11 agents identificateurs réalisent plus de 3 400 suivis d’exploitations par an. Plus de 99,2 % des visites sont conformes au respect des règles de l’Identification.
Du côté de l’identification des ovins-caprins, les agneaux et les chevreaux sont désormais bouclés avec un repère électronique. Le projet est de valoriser cette technologie pour fiabiliser la traçabilité mais aussi pour aider les éleveurs dans les opérations de tri et de repérage des animaux. La notification des mouvements se met également en place. L’objectif est de construire une base de données reconstituant l’itinéraire de chaque ovin-caprin pour une traçabilité de l’élevage à l’assiette.En chiffres
Quelques chiffres sur l’élevage en Normandie (fin 2010) :
- 24 000 éleveurs de bovins (27000 en 2006).
- 93 bovins par exploitation en moyenne (85 en 2006).
- 2 247 000 bovins (2 313 000 fin 2006, soit -2,85%).
- 776 050 naissances ont été enregistrées en 2010.
- 17 400 éleveurs d’ovins et de caprins.
- 1 000 éleveurs de porcs.
L’identification en Normandie, c’est aussi chaque année (environ) :
- 2 200 000 mouvements de bovins contrôlés et enregistrés,
- 710 000 passeports bovins édités et expédiés aux éleveurs,
- 970 000 boucles d’identification bovines commandées et expédiées chez les éleveurs,
- 200 000 boucles d’identification ovines caprines commandées et expédiées chez les éleveurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité