Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Débat
Une contractualisation à plusieurs vitesses

Constractualisation, ce thème sera au cœur de l’assemblée générale de la FDSEA 14. Selon les secteurs de production, des contrats existent déjà. Leur efficacité varie. Témoignages d’agriculteurs.

Lapins : déjà des accords sur les volumes et les prix
Philippe Poret, agriculteur au Mesnil-Clinchamps, président de Normandie Lapins : “Sans que le terme contractualisation ne soit utilisé, le groupement de producteurs « Normandie lapins » passe déjà chaque année des accords écrits avec l’abattoir. En effet, des négociations sur les volumes à produire ont lieu dans le courant du mois de novembre (pour mettre en adéquation la production avec le marché) et les prix sont négociés pour l’année au mois de février. Ce que notre secteur recherche plutôt en termes de contractualisation, c’est un accord avec les fabricants d’aliments pour limiter l’impact des fluctuations du marché des céréales sur le coût de nos aliments”.



Filières végétales : une évidence !
Xavier Hay, Agriculteur à Tilly-la-campagne : “Quelle que soit la filière : céréales, pomme de terres, betteraves ou lin, les productions de mon exploitation sont déjà sous contrat. Cela me semble une évidence pour s’assurer un débouché. Et cela marche d’ailleurs dans les deux sens : sans nos produits, quid de l’approvisionnement des acheteurs ? Il s’agit bien sûr d’un rapport de forces permanent entre producteurs et acheteurs car nous sommes souvent face à un unique acheteur ou transformateur. Et il est évident que le contrat est plus intéressant pour le producteur lorsque l’offre est légèrement inférieure à la demande”.




L’indexation des cours de matières premières sur les produits finis : la voie royale !
Stéphane Pasquet, président de la section porcine de la FDSEA : “La contractualisation dans le secteur porcin si elle garantit la collecte des animaux ne règle rien quand à la rémunération des éleveurs. Et ce qui grève actuellement notre revenu, c’est le coût de l’aliment. Dans ce cadre, une contractualisation relative à l’achat d’aliments me semble envisageable. La voie royale pour l’élevage, même si elle semble difficile à atteindre, resterait tout de même l’indexation des cours de matières premières sur les produits finis. Pourquoi le producteur serait-il le seul maillon de la chaîne à amortir les fluctuations des cours des matières premières ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité