Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Orne
Une délégation ornaise au 46e congrès des Jeunes Agriculteurs

Traditionnellement, début juin de chaque année, a lieu le congrès des JA. Cette année il avait lieu les 5, 6 et 7 juin, à Pontarlier dans le Doubs.

© JA
Un congrès est un moment d’échanges entre les régions ou se dessine les orientations de demain, que ce soit en interne (rapport moral) ou en politique d’installation agricole (le rapport d’orientation).

Une nouvelle organisation
Le réseau JA s’est engagé dans un processus de réflexion sur la structuration et le fonctionnement : la RésoRGAnisation de son réseau depuis 2008, le congrès de 2012 est l’aboutissement de ce travail. L’objectif est de gagner en efficacité, légitimité et engagement. Effet essentiel : donner du poids et de l’importance aux structures régionales, afin de coller également à la RGPP. JA Normandie est mort, Vive JA Basse-Normandie et JA Haute-Normandie ! Lors de la dernière assemblée JA Normandie, la structure JA Basse-Normandie a été créee avec à sa présidence Franck Labarrière (Calvados), Guillaume Larchevêque étant secrétaire général (Orne).

“Une installation réussie pour tous”
La deuxième journée à été consacrée au rapport d’orientation, concrétisation de deux ans de travail sur le dispositif et les aides à l’installation. Avec un débat porté sur le rapport d’orientation : “Une installation réussie pour tous”. Objectif rénover certains outils du dispositif d’accompagnement à l’installation et, d’autre part, d’en créer de nouveaux.
JA veut créer un statut unique d’agriculteur, non pas conditionné uniquement à la possession d’un diplôme, mais aussi à la réalisation d’un plan de professionnalisation personnalisé et un plan de développement de l’exploitation.
Jeunes Agriculteurs souhaitent notamment que la DJA soit transformée en Aide à la création et à la reprise d’entreprises jeunes agriculteurs (Acreja) basée sur une enveloppe nationale, avec une grille de calcul appliquée dans tous les départements. Les travaux de réflexions vont se poursuivre notamment sur le zonage des aides. Autre requête : la revalorisation de la DJA qui ne l’a pas été depuis 1984 ! JA demande ainsi une augmentation de 50 %. Une Dja moyenne de 17 000 € serait alors transformée en Acreja de 25 500 €.
Autre proposition la création d’un “mur bancaire” ce mur serait alimenté par des “briques” représentant les aides de l'Etat, des collectivités et d'autres acteurs.
Ce mur répondrait à quatre types de besoins : la trésorerie, les prêts bonifiés (dont JA veut simplifier la gestion administrative), le cautionnement et “l'épargne temporaire avec effet de levier”, c'est-à-dire une “somme d'argent bloquée sur un compte pour une durée réglementée dans le but d'obtenir un emprunt à taux préférentiel avec un effet de levier”.
JA continue sa lutte contre l’artificialisation des terres agricoles. Le syndicat jeune souhaite voir le taux de la taxe sur le changement de destination des terres agricoles, passer respectivement de 5 à 20 % et de 10 à 30 %. Pour rappel, cette taxe est issue du travail du syndicat JA.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité