Aller au contenu principal

Olivier Foucault (AGRIAL filière volaille)
Une épée de Damoclès sur la tête de la filière

L’assemblée générale de la filière avicole Volaille Label d’Agrial se tient mardi 27 février à St-Germain-de-Tallevende (14). A-t-elle perdu des plumes au cours de cet exercice ? Les réponses d’Olivier Foucault, son président.

Les mesures de confinement ont  généré des contraintes d’élevage comme la baisse de densité.
Les mesures de confinement ont généré des contraintes d’élevage comme la baisse de densité.
© DR
L’épisode de la grippe aviaire de 2006 a-t-il laissé des traces ? Forcément. Il a déstabilisé la filière pendant près d’un an. Les mesures de confinement ont par exemple généré des contraintes d’élevage comme la baisse de densité. Parallèlement, les accouveurs ont supprimé une partie de leur cheptel de reproduction. Nous avons donc peiné à retrouver des poussins en fin d’année. C’est pourquoi des volumes n’ont pas été produits en fin d’année. Tout est rentré dans l’ordre aujourd’hui ? Je parlerai d’un petit retour à la normale. La disponibilité en poussins n’est pas totale. Par ailleurs, on vit avec une épée de Damoclès sur la tête. Nous sommes attentifs à ce qui se passe en Hongrie, en Angleterre avec la peur que l’Influenza aviaire fasse son apparition en France. Dans quelle situation économique se retrouvent les éleveurs ? Nous sommes confrontés à une hausse des matières premières comme les céréales ou le gaz. Parallèlement, alors que la consommation globale à baissé de 3 à 4 points et que la distribution veut garder ses marges, nous avons des difficultés à retrouver des prix rémunérateurs. En conclusion, nos marges sont à la baisse. Ce qui signifie que certains éleveurs jettent l’éponge ? Pas au niveau de notre groupement. La moyenne d’âge de nos bâtiments est de 8 ans contre 15 ans dans l’ensemble du Grand Ouest. Il s’agit donc chez nous d’une production assez jeune avec l’obligation de faire du résultat pour rembourser les annuités. Parallèlement, nos résultats techniques sont excellents. Nous maintenons donc nos capacités de production. Il nous faut cependant améliorer nos marges si l’on veut attirer de nouveaux entrants. L’outil d’abattage a également souffert ? Bien sûr puisque les volumes traités ont baissé de 20 % avec les mêmes charges fixes. Les mesures de chômage technique et de RTT (Réduction du Temps de Travail) n’y ont pas suffi. Nous avons cependant la chance de faire partie d’un groupe et la solidarité a joué. Comment voyez-vous votre avenir à court et moyen terme ? Concernant l’Influenza aviaire, on s’habitue peu à peu à vivre avec ce risque sans pour autant le négliger. C’est vrai aussi pour le consommateur qui a pu vérifier que l’Etat Français savait gérer ce genre de situation. Nous sommes donc en phase de dédramatisation. Parallèlement, avec AVI Normandie, nous relançons une campagne de communication à destination du grand public visant à relancer la consommation. Cette campagne, financée par la filière et le Conseil régional, doit cependant s’inscrire dans la durée pour être payante. Propos recueillis par Th. Guillemot
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité