Aller au contenu principal

Technicien agricole de 1971 à 2006
"Une époque formidable"

Pendant près de 40 ans, Michel Boutruche a labouré le terrain du conseil agricole, dans le Mortainais d’abord puis sur tout le département.

Michel Boutruche, près de 40 ans à sillonner le département pour répandre la bonne parole du conseil technique.
Michel Boutruche, près de 40 ans à sillonner le département pour répandre la bonne parole du conseil technique.
© E.C.
“Aujourd’hui, les techniciens ont de moins en moins de temps pour être utile et rendre service aux agriculteurs puisqu’on nous demande de faire de plus en plus “d’administratif”. La voix de Michel Boutruche, ingénieur agricole, spécialiste des productions végétales, tout jeune retraité (cela date de vendredi dernier), laisse percer de la nostalgie... qui le ramène au tout début de sa carrière manchoise, en 1971. 11 juillet 1971 En ce début des années 1960, la Manche ne vit que et par l’agriculture. Les exploitations se comptent par dizaines de milliers. Dans toutes les têtes résonnent encore les mots d’ordre de la première PAC de 1962 : produire encore et toujours plus. Dans le même temps, l’exode rural vide les campagnes. Ceux qui restent doivent s’adapter aux méthodes modernes. C’est dans ce contexte que le jeune Michel Boutruche, natif de Chancé, (Ille et Vilaine) débarque dans le Mortainais. “Je suis arrivé le 11 juillet 1971 comme conseiller de secteur sur les cantons de Mortain et du Teilleul”. Et Michel va en faire des découvertes. “C’est clair, ce n’était pas les mêmes méthodes qu’en Bretagne : pas ou très peu de maïs (5000 ha contre 95 000 en 2006), beaucoup de prairies”. Première surprise, les quelques hectares de blé que notre technicien voit sont encore récoltés à la lieuse. “Les vaches se trayaient à la main dans les champs”. Mais voilà, tel un missionnaire s’apprêtant à convertir les populations, Michel Boutruche part en croisade pour répandre la nouvelle parole de la Chambre d’Agriculture. “Je me suis vite aperçu que le département avait un bon potentiel agronomique et climatologique”. De réunion en réunion, Michel arrive à convaincre le monde agricole des bienfaits de l’ensilage de maïs. “C’était logique, tout le monde voulait faire plus de lait, ce qui induisait de nouvelles techniques d’alimentation, une augmentation des cheptels et des bâtiments adaptés. J’ai vécu une véritable révolution puisque la Manche est passée de 20 à 60 000 ha entre 1976 et 1986 par exemple”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité