Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Orne
Une ferme pédagogique plus forte grâce au réseau "Bienvenue à la ferme"

Eleveurs laitiers en production biologique depuis 2008, Pascale et Didier Daniel ouvriront leurs portes ce dimanche 22 avril dans le cadre du printemps de Bienvenue à la ferme. Une centaine d’agriculteurs normands feront de même au cours de ce week-end.

A la ferme de la Motte. De gauche à droite, Didier Daniel, Julie Babin (animatrice du réseau Bienvenue à la ferme de l’Orne), Pascale, et Martine Moulin ( présidente du réseau ornais).
A la ferme de la Motte. De gauche à droite, Didier Daniel, Julie Babin (animatrice du réseau Bienvenue à la ferme de l’Orne), Pascale, et Martine Moulin ( présidente du réseau ornais).
© AD
Pascale et Didier Daniel sont les petits nouveaux du réseau Bienvenue à la ferme de l’Orne, qu’ils viennent de rejoindre cette année. Ils ont rejoint le réseau en vue de faire découvrir leur métier, et de lancer leur activité de ferme pédagogique.
« Auparavant, nous étions éleveurs laitiers dans la Sarthe en production conventionnelle, détaille Pascale Daniel, puis nous nous sommes installés en 2008, ici dans l’Orne, à la Motte, en vue de nous convertir à la production biologique”. “Un choix que nous avons fait principalement par conviction”, relate Didier Daniel. 
“C’est la première année que nous rejoignons Bienvenue à la ferme, explique Pascale, pour notre activité de ferme pédagogique, c’est intéressant de faire partie de ce réseau réputé auprès des enseignants. Bienvenue à la ferme, c’est un signe de qualité pour les personnes de l’extérieur. Aussi, le site internet est très bien fait. Bref, c’est plus facile de se faire une clientèle lorsqu’on fait partie de Bienvenue à la ferme”. En contrepartie du bénéfice apporté par la marque, le couple d’agriculteurs s’engage à fournir une capacité d’accueil satisfaisante, avec des tables, des chaises, un tableau, plusieurs sanitaires, ... Pascale a également construit plusieurs programmes adaptés à toutes les tranches d’âge des enfants qu’elle accueille.
Les enfants de Pascale et Didier ont grandi, leur laissant plus de temps pour développer une nouvelle activité, mais aussi l’envie de garder contact avec la nouvelle génération. Et c’est ainsi qu’ils ont réfléchi à ce projet. “La ferme pédagogique nous permet également de diversifier nos revenus, admet Pascale Daniel, mais c’est aussi l’occasion d’expliquer ce que nous faisons, nos méthodes de travail et l’intérêt de l’agriculture biologique. Certains pensent que l’agriculture bio est peu contrôlée. Nous leur répondons qu’au contraire, il y a des contrôles drastiques et tout une démarche contraignante de certification”.

C’est pas sorcier
Pour son premier printemps de Bienvenue à la ferme, le couple ouvrira son exploitation ce dimanche 22 avril. Au programme, une exposition de l’atelier des beaux-arts du Mêle-sur-Sarthe, la présentation du groupement d’achat Bio Assoc’verte, et bien sûr, visite pédagogique de la ferme, en compagnie de Fleurette. Fleurette, c’est une curieuse vache en bois montée sur roulettes, dont le ventre et le pis se découvrent pour faire comprendre les mécanismes de la lactation et de la gestation. Une maquette digne de l’émission “C’est pas sorcier”. Et à l’image de Jamy, l’animateur télé, Pascale se mue alors en présentatrice passionnée des secrets de l’élevage laitier.
Régalez vous !
Cette édition 2012 du printemps de Bienvenue à la ferme est placée sous le signe de la bonne bouffe. Une centaine de producteurs normands faisant partie du réseau, seront mobilisés dans leurs exploitations autour de ce thème central pour ce week-end du samedi 21 et dimanche 22 avril. Brunch fermier, apéritif fermier, déjeuner sur l’herbe, méchoui, cocktail, apéritif dînatoire, cours de cuisine, démonstrations culinaires, dégustations à l’aveugle, quizz sur la gastronomie normande, expos d'outils culinaires à travers les âges... Voici un petit aperçu des différentes manifestations qui seront proposées. “Il y en aura pour tous les goûts”, assurent les organisateurs. Exploitation cidricole, ferme laitière, culture de fruits rouges, élevage d'escargots, d'abeilles ou de truites ... La diversité des productions normandes se veut la clef du succès de cette escapade gourmande.
Programme complet sur : http://www.printempsalaferme.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité