Aller au contenu principal
Font Size

Une fête de l'agriculture sans laboureur

La 30e édition de la Fête de l'Agriculture, organisée par JA 14, s'est déroulée ce dimanche en terres augeronnes (à St-Julien-sur-Calonne). La foule était au rendez-vous mais point de laboureur à l'horizon pour tracer droit les sillons du savoir-faire et d'un geste ancestral. Le non-labour et les nouvelles techniques culturales auraient-ils pris le dessus sur la charrue ?

llll Même si l'absence de compétiteurs lors de la finale départementale de concours de labour a été largement commentée, plus particulièrement par d'anciens participants visiteurs, l'avenir de la Fête de l'agriculture n'est nullement remis en cause. Bilan de cette 30e édition avec Nicolas Declomesnil, président de JA 14.

>> Pas de candidat pour ce 30 e anniversaire du concours de labour, c'est une déception. Vous avez une explication ?
Il y a des années avec beaucoup de candidats, des années avec un peu de candidats. Cette année, c'était pas du tout. Il faut l'accepter. L'explication vient peut-être du fait que le Pays d'Auge est une terre d'élevage avec beaucoup de surfaces en herbe. Les jeunes agriculteurs n'ont peut-être plus de charrue.

>> Cela pourrait-il remettre en cause l'existence même de la Fête de l'agriculture ?
Non, pas du tout. Nous n'axons pas ce rendez-vous uniquement sur le concours de labour même s'il reste une sorte d'emblème. Les animations, d'année en année, sont de plus en plus fournies : moiss'bat' cross, 2 ch cross, tracteur force, baptême en hélicoptère, une mini audacieuse... Pour cette 30e édition, nous y avons également ajouté les produits de terroir. Le menu est donc de plus en plus riche, et puis, la plupart des OPA (Organisation Professionnelle Agricole), en profitent également pour faire leur rentrée. Alors non, la fête de l'agriculture n'est pas remise en cause.

>> En cette rentrée syndicale, quel est l'état d'esprit JA ?
Il est un peu plus positif que l'an dernier. Les cours ont tendance à remonter, sauf en céréales, sans pour autant rattraper les coûts de production mais c'est déjà mieux. Voilà sur le plan économique
Au niveau de notre organisation, et sur le plan syndical, il nous faut être plus fédérateurs pour ne pas avoir tendance à nous étouffer. Notre objectif est donc de rassembler plus large pour faire grossir le nombre d'adhérents JA.

>> Les EGA (Etats Généraux de l'Alimentation) ont démarré. Vous en attendez quelque chose ?
Mon discours, l'an dernier, portait déjà sur ce genre d'échanges et ce sur quoi l'administration devait s'orienter. Je ne peux donc que saluer l'ouverture des EGA. Après, j'ignore ce que le nouveau gouvernement va inventer en terme d'organisation de filière, de répartition des marges...
Par contre, j'attends beaucoup et du concret sur le bien-être animal, le consommer français, la traçabilité... Cela fait des mois que JA, avec ses aînés, nous nous battons sur un étiquetage tracé des produits transformés. Les EGA à ce niveau doivent aboutir à des règles claires.

>> Sur une échelle de 1 à 10, quelle note décerneriez-vous au nouveau ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert ?
Ce n'est pas facile, on manque de recul... Mais je dirai 5 pour noter au-dessus de la moyenne s'il est bon et au-dessous s'il n'est pas à la hauteur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité