Aller au contenu principal

Elevage
Une filière dynamique d’éleveurs bio solidaires !

Depuis près de 15 ans en Normandie les éleveurs bio se sont organisés pour assurer une juste valorisation de leurs animaux bio.

Depuis près de 15 ans en Normandie les éleveurs bio se sont organisés pour assurer une juste valorisation de leurs animaux bio.
Depuis près de 15 ans en Normandie les éleveurs bio se sont organisés pour assurer une juste valorisation de leurs animaux bio.
© (NVB)

Dans un contexte global morose : baisse de la consommation de viande rouge, diminution des effectifs bovins en ferme, volatilité et instabilité des cours, la filière des éleveurs bio résiste bien et se développe en Normandie.Normandie Viande Bio (NVB), structure régionale des éleveurs bio, assure l’organisation amont : plannings prévisionnels de sortie des animaux, développement régional du réseau des éleveurs bio, travail avec les Chambres d’agriculture et le réseau bio. NVB travaille sur les filières bovins laitiers, allaitants, veaux sous la mère, agneaux, porcs et volailles. La majeure partie de l’activité concerne les gros bovins, filière que nous développons dans les lignes qui suivent.La mise en marché des bovins bio est assurée depuis 2005 par UNEBIO, l’Union des éleveurs bio. Avec environ 60 % des parts de marché, UNEBIO est la première entreprise française de commercialisation de viande bio. UNEBIO n’est pas une entreprise comme les autres : son capital est issu des différentes structures régionales d’éleveurs bio (Normandie Viande Bio pour la région), et assure uniquement la mise en marché d’animaux bio. Les orientations stratégiques d’UNEBIO sont prises par le conseil des présidents (5 représentants régionaux éleveurs) et au sein de Commissions Filières auxquelles participent huit éleveurs normands.


Fluidité et adéquation entre l’offre et la demande

Les volumes mis en abattage progressent chaque année. Pour mieux appréhender les mises en abattage, et garantir une offre 52 semaines par an, les éleveurs planifient leurs bovins, au minimum deux mois avant la date de mise en abattage. Le retour de ces informations est essentiel pour assurer un développement commercial fluide et anticiper des variations parfois importantes de production. Une fois les bovins planifiés, les éleveurs font appel, de manière systématique, à un estimateur, commerçant en bestiaux, partenaire de la filière. L’estimateur évalue le poids, le classement, l’état d’engraissement de chaque animal. Tous les bovins sont estimés afin de connaitre au mieux leur potentiel et d’être pré-affectés dans les circuits commerciaux les plus adaptés.Le calendrier des abattages est déterminé en fonction de ces estimations et des commandes pour chaque catégorie. L’objectif est de faire correspondre au mieux la pré-affectation avec l’affectation finale, déterminée en fonction du résultat d’abattage et du contrôle qualitatif de la carcasse en chambre froide. Cette bonne adéquation pré-affectation/affec-tation finale est un gage de clients satisfaits, et de marges commerciales optimisées.


Une politique de prix transparente et sans surprise

Pour les gros bovins comme pour les autres filières de NVB, la politique d’achat ne se calque pas sur la volatilité des cours conventionnels, quelles que soient leurs orientations. Chaque région mandate, au prorata des volumes régionaux, des éleveurs représentants en commission filière bovine d’UNEBIO. Cette commission filière se réunit régulièrement pour travailler sur la politique d’achat qui repose sur plusieurs critères :

- calendrier de disponibilité de l’offre (en fonction des retours de planification) ;

- coûts de production observés dans les fermes ;

- état et évolution de la demande.

L’objectif est de garantir une lisibilité des prix d’achat dans le temps aux éleveurs engagés dans la filière. La mise en marché de la viande bio de la filière est assurée par une équipe commerciale dynamique et innovante. Elle se fait auprès des grandes et moyennes surfaces, des magasins spécialisés bio, en restauration collective, des bouchers, et de la restauration commerciale.Afin de pérenniser le développement l’agriculture biologique, tout en garantissant une lisibilité des prix d’achat, les nouveaux éleveurs sont les bienvenus. Pour un éleveur, l’engagement dans une filière est un acte décisionnel fort, gage de cohérence économique et de lisibilité dans le temps.

La filière en chiffres

- Nombrede producteurs : 300

- Volumes 2012 :

gros bovins : 3 850

veaux : 100

agneaux : 1 400

porcs : 900

volailles : 10 000


Contact

Normandie Viande BioMaison de l’Agriculture5

2 bd du 1er chasseurs

BP 36 - 61000 Alençon cedex

02 33 31 48 65 / 06 23 17 60 14

nvbio@orange.fr

www.unebio.fr


Normandie Viande Bio est soutenue par le Conseil régional Basse-Normandie et la DRAAF Basse-Normandie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
La nouvelle équipe de JA 61
La restauration collective épluchée en AG
Vendredi 25 septembre, les Jeunes agriculteurs étaient réunis en assemblée générale à Montabard. La nouvelle équipe avait choisi…
Publicité