Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Etienne Calleja
Une installation à bride abattue

Guidé par sa passion pour les chevaux depuis tout petit, Etienne Calleja, 26 ans, s'est installé depuis trois ans dans l'Orne, près de Carrouges.

© AD
Il n'attendait que cela depuis son plus jeune âge. Alors une fois ses études terminées, après un Bac STAE et un BTS Acse empochés au lycée agricole de Sées, Etienne Calleja a foncé au grand galop pour créer son entreprise, un centre équestre accompagné d'une activité de pension et d'élevage de chevaux de sport (saut d'obstacle). “À l'école, j'avais des camarades qui savaient qu'ils allaient être paysans. Moi je savais que je serai éleveur, je n'ai jamais envisagé autre chose, se rappelle Etienne Calleja. A l'âge de deux ans je dessinais déjà des chevaux”. Il s'installe le premier janvier 2009 en tirant parti du site de 8 ha de la Fouquière (dans l'Orne près de Carrouges), où ses parents gèrent des gîtes et une salle de réception et de mariage. “Mes parents ont toujours eu quelques chevaux pour le loisir, mais ils n'étaient pas agriculteurs. Je n'étais pas prédestiné à ce niveau-là”. En plus des 8 ha du site de la Fouquière, il récupère dans la foulée 22 ha de prairies, puis une douzaine un peu plus tard. Il gère aujourd'hui 42 ha de prairies, et achète sur pied 17 ha de foin, ce qui lui permet d'être autonome en herbe. “En revanche, je suis dépendant de la paille et des céréales que j'achète à l'extérieur, observe Etienne. Je suis un gros consommateur de paille pour la litière des box. Au démarrage, j'avais mis en place un petit atelier de 17 vaches allaitantes. Je pensais que cela me permettrait de démarrer plus facilement et de patienter en attendant que l'activité cheval commence à rapporter. J'ai vite abandonné”. En 2009/2010 les cours des broutards étaient au plus bas. “Lors de mon installation, j'ai fait quelques erreurs de débutant. J'avais notamment mal évalué le temps pour remplir certains dossiers. Je suis passé à côté de certaines aides à cause de cela. Et puis le parcours à l'installation est très long. Un an de démarches pour ma part”, souffle le jeune éleveur.

Bon démarrage
Avec 60 chevaux présents sur le site, son activité a plutôt bien démarré. “Mon comptable et mon banquier aimeraient bien que je développe encore l’activité. Je trouve que je ne m'en sors déjà pas si mal au bout de trois ans. J'arrive à payer mes fournisseurs et à rembourser mes prêts. J'ai même pu embaucher un moniteur d'éducation l'an dernier. Il est parti cette semaine (semaine 30 ndlr) faire les championnats de France avec huit cavaliers d'ici”.
Etienne est adhérent des Jeunes agriculteurs. “Mais depuis trois ans c'est la course” et il admet n'avoir pas beaucoup de temps à consacrer à la vie des organisations professionnelles. “Je pense que pour tous les jeunes installés c'est un peu pareil. J'aurai plus de temps d'ici quelques années. Il y a des choses à faire dans les organisations agricoles, mais aussi dans les syndicats de race”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité