Aller au contenu principal
Font Size

Questions à Ninon Légé, déléguée des Haras Nationaux en Normandie
Une mission qui s’inscrit dans la modernisation

L’Etablissement public Haras nationaux vient de recevoir du gouvernement sa lettre de mission. Entretien avec sa déléguée régionale.

Ninon Légé, vous êtes déléguée des Haras Nationaux en Normandie depuis 2006. Quel est votre parcours ?
Diplômée de l’ENGREF, DAA de développement agricole en 2003, j’ai pris mon premier poste en décembre 2003 comme Directrice d’exploitation agricole à l’EPLEFPA de Saint-Lô Thère où j’assurais la gestion technico-économique et humaine de l’exploitation et le développement de projets en partenariat avec les collectivités territoriales. Lorsque le poste de Délégué régional de Normandie des Haras nationaux a été déclaré ouvert, j’ai été tout particulièrement sensible à cet emploi qui s’inscrivait dans la modernisation des Haras nationaux.

Les Haras nationaux en France, c’est combien d’établissements, combien de chevaux et combien de collaborateurs ?
Aujourd’hui, les Haras nationaux regroupent environ 1 000 personnes, réparties en 5 directions territoriales. Le siège social implanté en Corrèze à Pompadour est aussi le cœur de l’activité du SIRE (le Système d’Informations Relatif aux Equidés), l’état civil des chevaux, qui constitue une base de données sur les équidés unique en Europe. 19 pôles hippiques développent sur tout le territoire des activités économiques, sociales et culturelles. Environ 800 étalons de toutes les races (courses, selle, trait, poneys et ânes) sont distribués grâce à un réseau de 110 centres techniques présents dans les départements afin d’assurer des prestations d’étalonnage, d’identification et de conseil. 

Quelles sont les missions principales des Haras nationaux ?
Les missions des Haras nationaux s’articulent autour de 4 axes majeurs :
- Elargir le champ des connaissances par la recherche, la formation et le transfert des techniques
- Apporter des services aux entreprises de la filière par la sélection génétique, l’appui technique et l’organisation des évènements.
- Transmettre pour les générations futures par la biodiversité des races équines, la valorisation du patrimoine équestre et la diffusion de la culture.
- Intégrer les enjeux collectifs en assurant la traçabilité et la sécurité sanitaire, en développant une activité de conseils et d’ingénieries des projets hippiques.

L’an dernier, l’épisode de l’AVE a quelque peu plombé les relations entre éleveurs et HN. Ces relations sont-elles aujourd’hui normalisées et quelles leçons en avez-vous tirées ?
Dès que la crise a été connue, nous avons mis en place un comité de suivi sanitaire national et régional, constitué de professionnels et de représentants des organismes chargés du suivi sanitaire des équidés. Ce comité s’est réuni chaque semaine pour suivre l’évolution de l’épidémie et préconiser des mesures de précaution. Il faut souligner que l’AVE est une maladie à déclaration obligatoire (MDO). Les vétérinaires, laboratoires et propriétaires sont seulement tenus de déclarer tous les cas reconnus positifs auprès de la DSV. Néanmoins, cette déclaration reste anonyme et permet uniquement le suivi de fréquence de l’infection. Du fait de ce statut de MDO, aucune police sanitaire ne pouvait être imposée. Seules les recommandations de la filière et le professionnalisme des éleveurs ont permis de contrôler la diffusion du virus.
Cette épidémie a permis de faire évoluer la réglementation pour intégrer le dépistage de la maladie dans les textes concernant  la reproduction. Elle a également été à l’origine de la création d’une structure permanente de veille sanitaire, le RESPE, Réseau d’épidémio-surveillance des pathologies équines. Enfin, la crise sanitaire de l’artérite a permis de mener une réflexion pour d’autres crises à venir, afin qu’un comité de suivi sanitaire efficace et reconnu se mette rapidement en place.

L’avenir des HN fait couler beaucoup d’encre. Etes-vous confiante quant à leur avenir ?
L’Etablissement public Haras nationaux vient de recevoir  du gouvernement sa lettre de mission, ce qui va nous permettre de revenir très prochainement sur le sujet

Partenariat Conseil des Chevaux et IRQUA
A l’occasion du salon du cheval, les conseils des chevaux de Haute et de Basse-Normandie ont signé un partenariat sur la promotion commune des produits régionaux avec L’IRQUA. En terme d’image, ces filières participent à la renommée de la Normandie, au niveau national mais aussi international, en véhiculant des valeurs de qualité, de dynamisme et d’innovation.
En terme de réalité économique, elles constituent des secteurs compétitifs et des enjeux importants pour le développement durable de notre région par le lien très fort qui les associe à nos territoires. Aussi est-il naturel de développer un partenariat “gagnant-gagnant” de promotion concertée de ces deux richesses de notre patrimoine normand, pour une synergie d’action permettant de porter haut les couleurs d’une Normandie conquérante !

Concours équidéfi
Lancé le 20 septembre dernier par les Haras Nationaux, le Pôle de compétitivité Filière Équine et Normandie Incubation, équidéfi, premier concours de projets innovants pour la filière équine, a pour objectif d’aider à développer le meilleur projet innovant lié au secteur équin et à la Région Basse-Normandie. Ouvert à tous et divisé en deux catégories (création d’entreprise, projet R&D d'entreprise), le concours équidéfi, dont les deux vainqueurs se partageront une dotation globale de 25 000€ et profiteront d’un accompagnement de deux années, a depuis attiré une quarantaine de candidats prometteurs. Et si les résultats seront donnés pendant le Salon de l’Agriculture, début mars, la clôture des inscriptions est fixée au 31 janvier 2009. Ce qui vous laisse, si vous vous sentez l’âme d’un entrepreneur, un mois pour remplir votre dossier – que vous pouvez télécharger, ainsi que le règlement sur www.equidefi.com.

Les derniers chiffres de la filière équine
Le Conseil des Chevaux de Basse-Normandie vient d’éditer une plaquette sur les chiffres de la filière équine en région issus de l’Observatoire économique régional. Parmi les nombreuses informations, nous pouvons signaler le nombre d’équidés identifiés: 93 000, plus de 10 000 emplois et 600 ME de flux économiques annuels. Ces chiffres caractérisent la place de leader de la Basse-Normandie en France avec 40 % de l’élevage des chevaux de courses et de sport. Cette plaquette est disponible sur demande au CCBN et bientôt téléchargeable sur le site www.chevaux-normandie.com

Navette en Cob
Cette année, l’association nationale du Cob Normand avec l’appui du Conseil des Chevaux a mis en place une navette de transport des visiteurs du salon. Cette navette menée par deux cobs a permis au public de découvrir les sensations de l’attelage et de matérialiser une valorisation utile des chevaux de trait. Cette opération gratuite a rencontré un grand succès auprès des jeunes mais aussi des adultes qui ont apprécié cette initiative que l’ensemble des partenaires tenta de renouveler rapidement. Contact : Association Cob Normand au 02 33 07 79 17 et www.cobnormand.com http://www.cobnormand.com
Nicolas Bourgault
Claire Chabert

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité