Aller au contenu principal

Action syndicale FDSEA/JA
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture

Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer la non application de la loi Egalim. « Ne rien dire serait accepter », martèle Jean-Hugues Lorault, secrétaire général de la FDSEA. En période de crise sanitaire, les agriculteurs veulent se faire entendre.

Dès la fin de matinée, les éleveurs manchois étaient devant la grille de la préfecture. Un lieu symbolique, représentant l’Etat, et qui est le rendez-vous des actions syndicales. A la manœuvre, la FDSEA et les JA, prêts à marteler leur message. En toile de fond, la loi Egalim. Alors qu’elle devait assurer une meilleure répartition de la valeur et une prise en compte des coûts de production, elle ne permet pas aux éleveurs de « vendre leurs produits à un prix cohérent avec les coûts de production », dénonce Jean-Hugues Lorault, secrétaire général de la FDSEA.
Deux ans après la promulgation de la loi Egalim, « les producteurs sont toujours pris dans en étau entre des charges grandissantes et une grande distribution hypocrite », poursuit-il. Dans les exploitations, le compte n’y est pas.

Des filières au travail

Les différentes filières le démontrent après avoir travaillé sur les coûts de production. A l’instar de la filière laitière, qui selon elle, près de 25 €/1 000 l manquent à l’appel. « Pour 2020, le prix de base du lait est même en baisse par rapport à 2019 de l’ordre de 5 € », assure le responsable syndical. En viande bovine, les prix à la production sont largement en deçà des coûts de production. Dans la filière porcine, c’est la même chose. La loi Egalim n’est pas du tout une réalité. Après une année 2019 correcte, les éleveurs se trouvent une nouvelle fois pris dans l’étau des prix de vente trop bas et des coûts de production qui s’envolent.

Des négociations transparentes

Si ces coûts de production sont mis en avant à cette période, c’est pour qu’ils soient pris en compte lors des négociations commerciales qui se termineront à la fin du mois de février. Or, une baisse de l’ordre de 4 % se dessine. « C’est inadmissible pour les producteurs pour qui les coûts de production ne sont déjà pas couverts », relève Jean-Hugues Lorault. Alors, les syndicats réclament « la plus grande transparence dans les négociations commerciales », pour que ces dernières soient créatrices et non destructrices de valeur, quitte à ce que l’administration et la justice sanctionnent des pratiques illégales comme un prix abusivement bas.  

Cibler les mauvais élèves

L’action syndicale s’est poursuivie dans les enseignes de la grande distribution. L’occasion de mettre la pression sur les directeurs de magasins et de rappeler aux consommateurs l’intérêt de manger français. Crise sanitaire oblige : pas de relevé de prix ou de distribution de tracts. Mais pour les syndicats, et leur réseau respectif, la mobilisation reste intacte pour cibler les mauvais élèves.

Les jeunes manquent de visibilité pour s’installer
La loi Egalim n’apporte pas les effets escomptés dans les cours de fermes. Ce qui ne conduit pas un jeune ou un futur installé à avoir de la visibilité. Chez les JA, l’inquiétude est réelle d’autant plus qu’en 2020, le nombre d’installés a baissé de 24 %, dénombrant 67 installations aidées. Or, « en 2026, 45 % des exploitants actuels prétendront à la retraite », indique le syndicat des Jeunes agriculteurs. Des banques frileuses, et encore plus pour des jeunes qui s’installent en hors cadre familiale, un dénigrement d’associations extrémistes à l’encontre des productions… autant d’éléments qui ne rassurent pas.
JA50 reste inquiet pour l’avenir de l’installation dans la Manche.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité