Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Philippe Meurs, président des JA
Une nouvelle page de l’installation est en train de s’écrire

Philippe Meurs se montre satisfait du nouveau parcours à l’installation annoncé par le ministre de l’Agriculture à Laguiole dans l’Aveyron. Il permet de personnaliser l’accompagnement à l’installation pour tous les candidats.

Sur 10 000 installations de jeunes de moins de 40 ans, 6000 sont actuellement aidées. Le nouveau dispositif d’accompagnement à l’installation devrait permettre d’en récupérer la moitié. Soit 2000 de plus. L’objectif est que tous les départements aient basculé vers le nouveau dispositif au mois de juin prochain.
Sur 10 000 installations de jeunes de moins de 40 ans, 6000 sont actuellement aidées. Le nouveau dispositif d’accompagnement à l’installation devrait permettre d’en récupérer la moitié. Soit 2000 de plus. L’objectif est que tous les départements aient basculé vers le nouveau dispositif au mois de juin prochain.
© T. Guillemot
Comment avez-vous accueilli l’annonce de Michel Barnier concernant le nouveau dispositif à l’installation ?
Nous sommes réellement satisfaits que Michel Barnier ait concrétisé officiellement le nouveau parcours à l’installation.  Il a donné le coup d’envoi à un nouveau dispositif d’accompagnement à l’installation très prometteur qui est expérimenté dans cinq départements, l’Ardèche, l’Aube, l’Aveyron, le Morbihan et le Pas de Calais. Le nouveau régime permet de personnaliser davantage l’accompagnement à l’installation à tous les porteurs de projets, afin de prendre en compte concrètement la diversité des situations des candidats.

Qu’apporte t il réellement de nouveau ?
Nous avons eu la confirmation que les points infos réservés à l’accueil des candidats soient ouverts à tous les porteurs de projets. C’est à ce stade qu’ils sont informés sur le dispositif, sur leurs droits et orientés pour la suite de la démarche. Nous nous félicitons également qu’il y ait une ouverture des diplômes sans diminuer le niveau de compétences. En effet la mise en place  d’un bilan des compétences du porteur de projet (sa formation, son expérience…) et l’élaboration d’un plan de professionnalisation personnalisé,  prévoit  la mise en place d’une formation complémentaire à la carte pour mieux coller aux besoins du candidat. Enfin, la réalisation de l’ensemble des actions programmées permet l'obtention de la capacité professionnelle agricole.
L’élaboration du plan de professionnalisation personnalisé est coordonnée par les Adasea et les chambres d’agriculture. En outre, l’observatoire de l’installation pour lequel nous avons milité et que l’on retrouve à partir du site internet des Adasea permet d’avoir des données extrêmement fines sur une région, un département, un canton, pour savoir par exemple où installer un jeune avec son projet. C’est un vrai bon outil pour favoriser les installations.

Le ministre a-t-il annoncé un soutien financier spécifique au nouveau dispositif ?
Non. En revanche il a promis que les pouvoirs publics ne se désengageraient pas par rapport à la situation actuelle. Les candidats disposeront d’un crédit formation pour l’élaboration de leur plan de professionnalisation personnalisé. De notre coté nous avons l’assurance d’être soutenus par tous les partenaires qui nous accompagnent tels que les Adasea, les chambres d’Agriculture, Vivea, Safer, MSA, FNSEA…
Michel Barnier a confirmé également l’annonce qu’il avait faite d’un maintien des taux des prêts JA à 2,5 % en zone de plaine et 1 % en zone défavorisée.  Ainsi que  maintien du plafond d’équivalent subvention par exploitation à 11800 euros en zone de plaine et 22 000 euros en zone défavorisée, le plafond d’investissement de 110 000 euros étant supprimé.
 
De combien le nouveau dispositif permettra t il d’augmenter le nombre d’installations aidées ?
Sur 10 000 installations de jeunes de moins de 40 ans, 6000 sont actuellement aidées. Le nouveau dispositif d’accompagnement à l’installation devrait permettre d’en récupérer la moitié. Soit 2000 de plus. L’objectif est que tous les départements aient basculé vers le nouveau dispositif au mois de juin prochain.
Je suis convaincu que nous sommes en train de réécrire une nouvelle page de l’installation avec l’élaboration d’un livre blanc qui sera présenté au Salon de l’Agriculture. Notre ambition est qu’il soit signé par le président de la République pour lui donner la plus grande solennité possible.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité