Aller au contenu principal
Font Size

Solidarité
Une opération paille appelée à être pérennisée

Les responsables de la FDSEA de l’Eure et de la Manche ont fait le point, ce 17 août à Evreux, sur l’opération paille.

Malgré des conditions météorologiques difficiles, l’opération paille se poursuit dans l’Eure. Ce 17 août , les responsables FDSEA de la Manche et de l’Eure se sont retrouvés à Evreux pour faire un bilan.

“Depuis 2 à 3 ans, les éleveurs de la Manche voient leurs besoins en paille augmenter. Et avec la sécheresse que nous avons connu au printemps de cette année, certains éleveurs craignaient une situation difficile” rappelle en préambule  Pascal Ferey, président de la FDSEA de la Manche et de la FRSEA Basse-Normandie.


11 000 tonnes vers la Manche

“Dans un tel contexte, poursuit le  responsable syndical, nous nous sommes rapprochés de la FDSEA de l’Eure pour mettre en place une opération paille entre les deux départements."

Ce sont ainsi 11 000 tonnes de paille  récoltées dans l’Eure qui vont prendre le chemin des exploitations manchoises.


L’objectif est de mettre en place une solidarité entre les céréaliers et les éleveurs en difficulté, souligne Régis Chopin, président de la FDSEA de l’Eure. Les céréaliers ne doivent pas oublier que leurs premiers clients, ce sont les éleveurs. En cela, cette opération est un minimum vital de la part des céréaliers. En fixant des tarifs, nous souhaitions éviter la spéculation. Pour autant, le céréalier est indemnisé de façon juste, tout comme le transporteur est payé de son travail. Surtout, l’éleveur sait, en toute transparence, comment se décompose le prix de la tonne de paille : achetée 23 € HT au céréalier, elle atteint 60 € HT au départ du champ et coute 95 € HT livrée dans la cour”.

 

Au-delà de la situation difficile que nous connaissons cette année, nous  voulons pérenniser cette action entre l’Eure et la Manche” complète Pascal Ferey.


Régis Chopin fait un bilan de l’avancement des travaux : “Le Cercle d’Echanges de l’Eure assure le pressage et l’expédition de 8 000 tonnes auxquelles s’ajoutent les 3 000 tonnes de paille gérées par la FDSEA. Au passage, je tiens à souligner que sans le savoir-faire et les compétences du Cercle d’Echanges nous n’aurions pas pu envoyer une telle quantité de paille.Côté livraison, 1 500 tonnes sont arrivées pour l’instant dans la Manche. Il faut dire que la pluie de ces dernières semaines a géné le pressage et engendre forcement des problèmes d’expédition. ”

RETROUVER LA SUITE DE CET ARTICLE
DANS L'EURE AGRICOLE
DU 25/08/11
page 4

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité