Aller au contenu principal

Congrès FNPL
Une page lait s'écrit dans la Manche

Gilbert Michel, éleveur laitier à Saint-Georges-de-Bohon (50), accueillait mardi 10 mars la ministre de l'Agriculture de Basse-Saxe, Barbara Otte-Kinast, dans le cadre du congrès de la FNPL. La ministre, elle aussi éleveuse, s'est déplacée avec une délégation de jeunes agriculteurs de Basse-Saxe pour renouer le partenariat avec la Normandie.

Barbara Otte-Kinast, la ministre de l'Agriculture de Basse-Saxe, est arrivée souriante mardi 10 mars chez Gilbert Michel pour la visite de son exploitation. L'éleveur, qui a reçu l'ambassadeur allemand il y a deux ans, connaît la chanson. Durant plus d'une heure, il explique et en profite pour transmettre des messages. Face à une ministre, elle aussi éleveuse laitière, le contact passe bien.

Confort
L'exploitation de Gilbert Michel est emblématique. Moderne, elle fonctionne avec des robots de traite ou encore des caméras de surveillance dans un bâtiment qui date de 2014. Gilbert Michel insiste sur la qualité de vie au travail, « on arrive à une personne et demi à faire tout le travail ». Proche de la retraite, il est associé avec Sébastien Ferret et Maxime Savary, un jeune agriculteur. « Nous avons investi dans une exploitation attractive et donc transmissible pour attirer un jeune ».

Etourneaux et oies sauvages
La ministre, accompagnée de jeunes agriculteurs de Basse-Saxe, membres des institutions laitières du Land, est réactive sur le sujet. En Allemagne aussi, la question du renouvellement des générations est cruciale. L'isolement des agriculteurs est lourd. D'autres sujets rapprochent les Allemands du Français : les attentes des consommateurs, les attaques des ONG, le problème des prix. « Le consommateur en Allemagne veut toujours plus mais il ne veut pas payer plus », déclare Jan-Henrick Schöne, de la délégation. Gilbert Michel décrit le fléau des étourneaux qui viennent juste de partir ; en Basse-Saxe, ce sont les oies sauvages.
Pour finir, la ministre offre symboliquement à l'éleveur un stylo « pour signer de bonnes affaires », plaisante-t-elle. Elle l'invite aussi dans sa région, jumelée depuis 1985 avec la Haute-Normandie.

Relancer le jumelage
Le lendemain, elle rencontre Clotilde Eudier, vice-présidente à la Région en charge de l'agriculture, elle-même agricultrice. La visite de Graindorge doit servir d'appui pour relancer un jumelage entre les deux régions. Rappelée par ses obligations au ministère, elle n'est finalement pas restée au congrès de la FNPL, mais promet de se retrouver chez elle, en Basse-Saxe, région du lait, de la pêche et du cheval, une région soeur de la Normandie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La coopérative linière du nord de Caen recrute
La Coopérative linière du nord de Caen créé une nouvelle équipe de nuit et recrute une dizaine de personnes sur son site de…
Marine et Jean-Sébastien Schils, agriculteurs du Calvados, sur M6 ce mercredi 4 janvier 2023
Marine et Jean-Sébastien Schils ont créé leur entreprise de pailles en seigle bio, La Paille d'O, afin de diversifier les sources…
Le CSP collectif : ce qu’en pensent les agriculteurs
La Chambre d’agriculture de Normandie organise quelques sessions de conseil stratégique phytosanitaire collectives. Près de 18 …
[EN IMAGES] Les étourneaux font leur nid dans le Bessin
Après le sud Manche, c’est au tour du Bessin, dans le Calvados, de subir les conséquences d’une présence excessive et durable de…
PARTICIPEZ AU JEU SM CAEN - GRENOBLE
 Jeu concours "Match à domicile du SM Caen". 2 places à gagner pour aller supporter votre club normand au stade d'Ornano !
Ter'élevage : l’ouest décapitalise plus qu’ailleurs
Succès pour les rencontres bovines Ter’élevage qui se sont déroulées le 7 décembre 2022 à Noyers-Bocage (14). 280 animaux…
Publicité