Aller au contenu principal

Congrès FNPL
Une page lait s'écrit dans la Manche

Gilbert Michel, éleveur laitier à Saint-Georges-de-Bohon (50), accueillait mardi 10 mars la ministre de l'Agriculture de Basse-Saxe, Barbara Otte-Kinast, dans le cadre du congrès de la FNPL. La ministre, elle aussi éleveuse, s'est déplacée avec une délégation de jeunes agriculteurs de Basse-Saxe pour renouer le partenariat avec la Normandie.

Barbara Otte-Kinast, la ministre de l'Agriculture de Basse-Saxe, est arrivée souriante mardi 10 mars chez Gilbert Michel pour la visite de son exploitation. L'éleveur, qui a reçu l'ambassadeur allemand il y a deux ans, connaît la chanson. Durant plus d'une heure, il explique et en profite pour transmettre des messages. Face à une ministre, elle aussi éleveuse laitière, le contact passe bien.

Confort
L'exploitation de Gilbert Michel est emblématique. Moderne, elle fonctionne avec des robots de traite ou encore des caméras de surveillance dans un bâtiment qui date de 2014. Gilbert Michel insiste sur la qualité de vie au travail, « on arrive à une personne et demi à faire tout le travail ». Proche de la retraite, il est associé avec Sébastien Ferret et Maxime Savary, un jeune agriculteur. « Nous avons investi dans une exploitation attractive et donc transmissible pour attirer un jeune ».

Etourneaux et oies sauvages
La ministre, accompagnée de jeunes agriculteurs de Basse-Saxe, membres des institutions laitières du Land, est réactive sur le sujet. En Allemagne aussi, la question du renouvellement des générations est cruciale. L'isolement des agriculteurs est lourd. D'autres sujets rapprochent les Allemands du Français : les attentes des consommateurs, les attaques des ONG, le problème des prix. « Le consommateur en Allemagne veut toujours plus mais il ne veut pas payer plus », déclare Jan-Henrick Schöne, de la délégation. Gilbert Michel décrit le fléau des étourneaux qui viennent juste de partir ; en Basse-Saxe, ce sont les oies sauvages.
Pour finir, la ministre offre symboliquement à l'éleveur un stylo « pour signer de bonnes affaires », plaisante-t-elle. Elle l'invite aussi dans sa région, jumelée depuis 1985 avec la Haute-Normandie.

Relancer le jumelage
Le lendemain, elle rencontre Clotilde Eudier, vice-présidente à la Région en charge de l'agriculture, elle-même agricultrice. La visite de Graindorge doit servir d'appui pour relancer un jumelage entre les deux régions. Rappelée par ses obligations au ministère, elle n'est finalement pas restée au congrès de la FNPL, mais promet de se retrouver chez elle, en Basse-Saxe, région du lait, de la pêche et du cheval, une région soeur de la Normandie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité