Aller au contenu principal
Font Size

Une petite biche, bien bonne en bouche

Depuis une année bien acharnée, Étienne Confiant travaille sur un projet qui lui tient à cœur. Amateur de bonne bière, le jeune homme a décidé de créer sa propre brasserie, uniquement à base d'ingrédients issus d'agriculture biologique. Depuis peu, " Normandy Beer Factory " a vu le jour avec comme première blonde : " La Petite Biche ".

Étienne Confiant a grandi dans les environs de Falaise. C'est à Ranville (14) qu'il commence son projet. Après avoir travaillé dans la maintenance et l'entretien de " tirage pression ", le jeune entrepreneur se voit refuser une demande de CDI. Il part donc sur Paris deux mois et demi pour exercer le même métier. Étienne revient finalement en Normandie et enchaîne les petits boulots. " J'ai eu cette envie de créer mon truc à moi. Le milieu dans lequel je travaillais est bouché. Plus personne n'a besoin de maintenance dans ce domaine aujourd'hui. Je connaissais bien ce monde-là, j'ai voulu tenter ma chance ", explique le brasseur.

La qualité avant tout

Telle une biche, la bière d'Étienne Confiant est boisée et majestueuse. " Je n'utilise pas des ingrédients provenant d'agriculture biologique juste pour dire : " Hey, je fais du bio ! ". C'est simplement pour une question de qualité du produit. Le houblon que j'utilise amène cette plue-value. Les matières sont 50% plus chères mais c'est un investissement non négligeable pour moi ", ajoute-t-il. Étienne n'a pas encore labellisé sa " Petite Biche " avec le sigle AB. " Le label coûte très cher. Le but était de ne faire aucun emprunt, ne pas s'endetter avant même d'avoir commencé. J'ai donc mentionné sur l'étiquette que mes matières sont issues d'agriculture biologique. On verra plus tard pour le petit logo ", s'amuse-t-il. L'entrepreneur a donc simplement le droit de signaler que ses matières proviennent d'agriculture biologique mais pour l'instant, " La Petite Biche " n'est pas bio.

Trouver le goût parfait

" J'ai fait une douzaine de recettes avant de trouver le résultat final. Il faut faire preuve de patience, c'est un travail vraiment méticuleux ", souligne le jeune homme. La " Petite Biche " possède un goût avec peu d'amertume comparée aux autres blondes artisanales. C'est notamment grâce à son houblon aromatique que le produit " sort du lot " (et pas de l'eau). Mais cette biche là n'est pas la seule à sortir du bois. Étienne Confiant prévoit de mettre à jour une gamme complète de ses produits. " Je veux créer un réel univers. Je veux un nom spécifique pour chacune de mes bières et ainsi, développer des styles un peu plus poussés ". Nous avons eu la chance de déguster sa prochaine bière blanche. " Nuit Blanche " sera peut-être servi dans les bars caennais et autres afin de garder éveillés les fêtards.

De bouche-à-oreille

Pour le moment, Étienne n'a fait aucune communication sur son produit hormis une page Facebook. " J'ai déjà pas mal de demandes. Entres les amis, la famille, l'entourage, etc. Tout le monde se passe le mot. Je recherche actuellement des points de vente, c'est tout un travail en amont que j'ai dû faire. C'est une vraie petite usine ", déclare-t-il. La Normandie est une des régions qui comptabilise le moins de micro-brasserie (une trentaine de productions). " L'objectif n'est pas de tuer les autres brasseries. C'est un marché qui grandit doucement dans notre région. Nous devons être trois à proposer un produit issu d'agriculture biologique ". Le producteur mise tout d'abord sur le bouche-à-oreille pour la pérennisation de son produit. L'homme va continuer de démarcher afin de trouver de nouveaux points de vente. À partir du 6 février, c'est chez " Goût et qualité " (Bretteville-sur-Odon) que vous allez pouvoir vous approvisionner en " petite biche ".

Devenir brasseur

Apprendre à brasser n'est pas chose facile. Étienne a relevé le défi et l'a fait. " Mon ancien métier ne m'a pas appris toutes les techniques de brassage. J'ai lu, beaucoup lu. Bouquins, internet, tout y est passé ", rigole le jeune entrepreneur. Petit à petit, Étienne s'améliore sur le sujet jusqu'à devenir incollable sur le monde du brassage. Grâce à son "petit" outil de production, " Normandy Beer Factory " produit 400 litres de bière par mois, chiffre qui tend à s'agrandir vers les 800 litres dans les mois à venir.

Du local, toujours du local

" Dans l'idéal, je resterais sur du local le plus possible ". Pour le moment, pour une question budgétaire, Étienne doit se fournir en orge récoltée en France mais maltée en Belgique. Les bouteilles proviennent de Saint-Pierre-sur-Dives (14) et sa levure est aussi française. Pour l'instant, seul son houblon provient d'un autres pays, la Nouvelle-Zélande. " Normandy Beer Factory " a donc un bel avenir devant lui, tchin !

Normandy Beer Factory

Le produit d'Étienne vous intéresse ? Vous voulez tester la " Petite Biche " pour vous faire votre propre avis ? N'hésitez pas à prendre contact avec le brasseur et ainsi, l'aider dans son projet...

Contact : normandybeerfactory@gmail.com

www.facebook.com/normandybeerfactory

J'aime :

- Créer quelque chose

- le faire vivre

- le goûter

- le partager

Je n'aime pas :

- la paperasse

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité