Aller au contenu principal

Une précision à la carte d’Emmanuel Beltoise

Emmanuel Beltoise est installé à Fel, dans l'Orne. L'agriculteur observe les différentes méthodes pour mieux apporter l'azote sur ses terres filtrantes. Farmestar, Jubil ou drone : il tente diverses solutions et apprend.

© VM

Emmanuel Beltoise cultive des terres argilocalcaires superficielles. La minéralisation est faible. Les bilans azotés ressortent à 200-220 unités en blé et 180 unités sur le colza. « Sur mes sols filtrants, l'azote doit être bien utilisé. Nous avons un objectif moyen à 85 quintaux sur la ferme. Cependant, ce chiffre marque d'importantes disparités ». Le marché des céréales oblige également l'agriculteur à gérer précisément ses apports d'azote. « Pour 0,5 point de protéines qui manque sur un blé, on peut être sanctionné de 30 €/t. Alors je ne sais pas si je fais de l'agriculture de précision, mais je veux pratiquer l'agriculture mieux qu'avant ».
Farmestar abandonné au profit du drone
Cet exploitant a donc tenté plusieurs méthodes. Il a abandonné la solution Farmestar qui lui semblait peu performante. Depuis deux ans, il s'est orienté vers les drones, via la solution Airinov. Sur cette exploitation, la méthode Jubil et les drones ont donné des résultats similaires. « Je reste indulgent, car les techniques se mettent en place et peuvent s'affiner. Je teste, car je ne veux pas partir tête baissée alors que nos méthodes de travail ne cessennt d’évoluer  », souligne Emmanuel Beltoise.

Le drone dessine l'ancien parcellaire...
Les premiers résultats s'avèrent encourageants. Les tests ont été réalisés sur un îlot de 30 hectares, fruit d'un regroupement d'une quinzaine de parcelles en 2010. Les cartes de biomasse correspondent à l'historique du terrain. « On devine les parcelles qui ont reçu beaucoup de fumier dans le passé. On voit les délimitations de l'ancien parcellaire », observe Emmanuel Beltoise.

La question de la rentabilité
Reste à bien valoriser toutes ces données. L'année dernière, l'agriculteur a régulé manuellement son épandage d'azote. Mais dans ces conditions, la valorisation de ces cartes très précises apparaît compliquée. L'exploitant dispose cependant d'un boîtier offrant la possibilité de moduler l'azote. « Maintenant au SIMA, on nous vend le boîtier. L'épandeur est presque devenu secondaire ». Cette année, Emmanuel Beltoise a pu synchroniser son boîtier et sa barre de guidage. L'occasion d'essayer cette technologie sur le blé. « Je tente l'expérience, car je n'ai investi que dans un câble à 80 €. Mais, je n'aurais pas investi 3000 euros. La question de la rentabilité se pose. J'attends donc de voir la méthode la plus efficace économiquement. Car quand le drone me donne une carte avec 12 points d'azote d'écart, l'économie réalisée ne paye pas la prestation ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
La haie en session CAN : plein les bottes d'attendre
La CAN (Chambre d'agriculture Normandie) s'est réunie en session le 15 mars 2024. Le 15 mars, c'est aussi la date…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Entretien : pas de cours d'eau à la main dans la Manche
Point d'étape sur les conséquences de la tempête Ciaran, la pluviométrie abondante, la gestion des arbres, des branchages, des…
Publicité