Aller au contenu principal
Font Size

Race Limousine
“Une priorité, garder Bovins Croissance”

L’Institut de l’élevage a donné son feu vert aux pesées effectuées par l’éleveur. Dans la Manche, le message ne passe pas.

Sébastien Jacqueline (au centre) et Roland Hamelin (à droite), “attention à pas fausser l’index avec des pesées effectuées par les éleveurs”.
Sébastien Jacqueline (au centre) et Roland Hamelin (à droite), “attention à pas fausser l’index avec des pesées effectuées par les éleveurs”.
© E.C.
Sébastien Jacqueline, président du Pôle Allaitant manchois, est plutôt amer, de même que les éleveurs de Limousines présents à l’AG se déroulant récemment, non loin de La Haye Pesnel, en l’occurrence au Repas. “L’Institut de l’Élevage a décidé de valider les pesées faites par l’éleveur. J’estime qu’il s’agit d’une erreur. Nous avons un organisme, en l’occurrence Bovins Croissance qui effectue ce travail et le fait bien”. Du côté des adhérents de l’association, même écho, certains allant jusqu’à parler d’arrêter tout si il n’y a plus de techniciens pour faire ces fameuses pesées. Décision sous pression Il semble que la décision de l’Institut de l’élevage ait été prise sous la pression du lobby “charolais” vendéen. Sébastien Jacqueline, bien décidé à monter au front, ajoute, “ce qui m’inquiète ? La fixation de l’index se fait par les pesées et leur différentiel entre animaux; on risque de ne pas avoir une analyse objective”. Un atout pour la Manche, Bovins Croissance est l’un des services les moins chers de France, mais il est vrai que la topographie du département (250 kilomètres entre Jobourg et St Hilaire du Harcouët) rajoute des frais à la facture finale. Acheter des bascules en commun ? Personne n’y croit vraiment. En clair, les éleveurs d’allaitantes, du moins les “Limousins”, veulent garder leurs techniciens; reste désormais à trouver le juste équilibre. 3500 femelles La Limousine, elle, se porte bien dans le département avec 3500 femelles pour 50 éleveurs adhérents à l’association. “Nous avons enregistré en 2007, six nouvelles adhésions”. Les atouts de la race sont bien connues : rusticité, facilités de vêlages et un produit recherché des consommateurs. Dans cette optique, les dirigeants vont d’ailleurs visiter, en 2008, l’abattoir d’Alençon. L’accent est aussi mis sur les concours et les différentes manifestations, “notre intérêt, c’est de faire de la promotion en présentant des animaux reflétant les qualités de la race, bien préparés et dressés”. Dernier point de cette assemblée générale, la FCO. Les éleveurs d’allaitantes sont inquiets, “cela fait 18 mois que nos collègues de l’Est en “crève”. NOus espérons que nous n’allons pas trop “dérouiller”... A noter que Roland Hamelin, président de l’association Limousine a décidé de ne pas se représenter. Son successeur devrait être désigné prochainement.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité