Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

OGM
“Une priorité, sauvegarder la biodiversité"

Le Comité de Préfiguration à la Haute Autorité a du pain sur la planche. Explications de son président, Jean-François Le Grand.

Il faut cerner toutes les implications dues aux OGM”.
Il faut cerner toutes les implications dues aux OGM”.
© E.C.
C’est fait ! Le comité de préfiguration de la haute autorité, chargé d’émettre un avis sur le maïs “810 Monsanto” est né. Sa maman s’appelle Grenelle, son papa est manchois, c’est le président du Conseil Général de la Manche, Jean-François Le Grand, qui aime à rappeler, “j’ai voulu la création d’une Haute Autorité, c’est mon idée ; elle a été retenue par le groupe de travail du Grenelle de l’environnement. Le comité de préfiguration va servir à en fixer les fondements”. 34 membres Le comité qui vient d’être constitué peut être saisi conjointement par les ministres chargés de l'environnement, de l'agriculture, de la recherche et de la santé sur toute question relative à l'utilisation confinée ou à la dissémination volontaire d'OGM. Outre son président, le comité est composé de 34 membres, répartis en une section scientifique et une section économique, éthique et sociale. Leur compétence porte, entre autres, sur la biodiversité, l'écologie, la génétique, la biologie moléculaire, la toxicologie, la génétique des populations, la thérapie génique, etc.” Pas de temps mort pour ce comité qui devra rendre son, ou ses, avis sur les OGM de manière à permettre le vote d’une loi avant le 9 février. “Si elle l’est effectivement à cette date, la loi sera “utilisable” en avril/mai 2008”. Conviction personnelle Du comité de préfiguration devrait naître la Haute Autorité. Jean-François Le Grand en sera-t-il le président ? “Pour l’instant, nous n’en sommes pas là. Nous travaillons, notamment avec les syndicats agricoles sur des sujets comme la “non-brevetabilité du vivant” ou encore du libre choix économique des agriculteurs de choisir son mode de culture et surtout de garantir à ceux qui ne veulent pas d’OGM qu’ils ne seront pas contaminés”. La conviction personnelle de Jean-François Le Grand en matière d’OGM reflète bien la complexité du sujet. “On ne peut répondre par oui ou par non ; cela dépend des finalités, notamment thérapeutiques. Par contre, je suis certain qu’il ne faut pas interdire la recherche. Mes priorités sont la santé humaine et la préservation du bouquet biologique originel. Sur les OGM, les études sont aujourd’hui insuffisantes dans le temps, il faut mesurer leur impact. Concrètement, prenons le temps avant de préserver une biodiversité qui est sans conteste l’assurance vie de la planète. L’homme a encore 150 ans pour protéger cette biodiversité, après ce sera le point de non-retour”. Problème, le 14 décembre dernier, lors de la première réunion, le Comité de Préfiguration a déjà pris du plomb dans l’aile. “L’Alliance pour la Planète”, un collectif d’organisations non gouvernementales, et la Confédération Paysanne ont décidé de quitter la table des négociations. Ces deux instances veulent, comme préalable au débat, une suspension de la culture du Monsanto 810.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité