Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Lait
Une rencontre entre OP qui marque le début d’une histoire

Les représentants de l’Organisation des Producteurs Lactalis AOC de Normandie et ceux de l’Organisation des Producteurs Normandie Centre (OPNC) composée de producteurs livrant à l’entreprise Lactalis se sont rencontrés le mardi 7 janvier afin d’échanger sur la structuration des OP.

© TG

A elles deux, les 2 OP regroupent plus de 650  producteurs de lait : 150 pour l’OP Lactalis AOC de Normandie et 523 pour l’OPNC.
Les deux organisations de producteurs font le même constat : “il y a encore beaucoup trop de producteurs qui ne sont toujours pas adhérent à une OP”. Ces producteurs de lait n’ont pas conscience de l’intérêt que représente l’adhésion à une OP. Le paquet lait réorganise la filière laitière. La négociation des prix et des volumes est désormais une négociation bilatérale entre une OP et une entreprise. Le nombre fait la force, pour qu’une OP pèse il faut qu’elle regroupe le maximum de producteurs. Alors si vous n’êtes toujours pas adhérent à une OP, il est temps de franchir le pas si vous souhaitez pouvoir être entendu demain.
Régis Guémier, président de l’Organisation des Producteurs Lactalis AOC de Normandie précise que, pour la filière AOP, les négociations en cours avec Lactalis sur la revalorisation de la prime AOP nécessiteront d'être adhérent pour en bénéficier.
Sébastien Amand, président de l’UNELL est venu présenter sa structure et les possibilités qu’elle offre aux AOC.
L’UNELL regroupe un peu moins d’un tiers des producteurs Lactalis de France, il est primordial qu’elle poursuive son développement. Le président précise que l’UNELL a toujours laissé ses portes ouvertes aux OP Lactalis historiques.
Max Vié, président de l’OPNC apporte une précision sur le prix du lait de janvier 2014 aux producteurs qui vendent leur lait à Lactalis. “Sur l'acompte de décembre Lactalis indique un prix de 398,96 euros/1 000 litres pour janvier 2014 qui montre le respect des indicateurs de marché. Mais il y a un mais…le prix exact de janvier 2014 est de 383,96 euros/1 000 litres car Lactalis applique un lissage de -15 € sur janvier et février 2014. Ces montants seront rendus individuellement aux producteurs de lait à l’euro près sur les mois de juillet et août 2014”.
Max Vié déplore ce fonctionnement. “Il est bien connu que
les agriculteurs sont des
BANQUIERS pour le Groupe
Lactalis avec un taux défiant toute concurrence à 0 %”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité