Aller au contenu principal

Une rentrée de « classes » pour Maltot (14)

L’année 2016 est à marquer d’une croix blanche sur le mur du Château de la MFR-Centre de formation de Maltot (14). Tout d’abord avec la passation de pouvoir au 1er janvier entre Georges Laignel (arrivé en 1977) et Sophie Theunynck (fille d’agriculteurs en limite Plaine-Bessin et diplômée de LaSalle Beauvais). Ensuite, une offre de formations qui s’étoffe à la rentrée avec notamment un BTS ACSE par apprentissage pour lequel il reste quelques places. Entre les deux : «Le bœuf en fête» qui se déroulera dimanche prochain.

Georges Laignel et Sophie Theunynck: après un fils d’agriculteurs de l’Orne, une fille d’agriculteurs du Calvados à la direction générale de Maltot.
Georges Laignel et Sophie Theunynck: après un fils d’agriculteurs de l’Orne, une fille d’agriculteurs du Calvados à la direction générale de Maltot.
© TG

llll En proposant à la rentrée 2016 un BTS ACSE ( Analyse, Conduite et Stratégie de l'Entreprise agricole) par apprentissage (dans une OPA ou en exploitation), Maltot comble un vide. Une telle offre n’existait pas en effet dans le Calvados. Il s’adresse plus particulièrement à des bacheliers en vue d’une installation au terme d’un cursus de deux ans alliant théorie et pratique.
Autre nouveauté, le Bac Pro CGEA (Conduite et Gestion de l'Exploitation Agricole) va perdre peu à peu sa spécificité « végétal » ou « animal » au profit d’un mixte collant un peu plus à la typologie de l’agriculture départementale. « Cela va nous permettre d’élargir notre base de recrutement », espère Sophie Theunynck, directrice de la Maison familiale Rurale - Centre de Formation.
Deux nouveautés également dans la branche « commerce ». Dans le prolongement de la licence « commerce international » initiée en 2014, une formation de responsable commercial et marketing (titre universitaire Bac +4) voit également le jour en collaboration avec le CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) Normandie. A noter enfin que le BTS TC NRC (Technico Commercial Négociation et Relation Client) s’étoffe avec une option MUC (Management des Unités Commerciales).

MFR par conviction
Autant de challenges qu’auront a relever Sophie Theunynck et son équipe de 35 collaborateurs et autant de vacataires. Des challenges qui n’effraient pas cette femme de caractère aux racines terriennes. Ingénieure en agriculture, elle maîtrise les rouages de la formation agricole grâce à son parcours professionnel, de MFR en lycées agricoles, du public au privé. C’est en 2003 qu’elle pose définitivement ses valises à Maltot pour enseigner l’économie et la gestion, puis la biologie et l’écologie. D’abord responsable de filière, elle est nommée directrice adjointe de l’établissement en 2011. « Je me retrouve bien dans l’organisation interne de l’équipe et dans l’organisation pédagogique, insiste-t-elle. Et puis j’aime cette gouvernance associative complètement indépendante ». Et c’est naturellement, qu’au 1er janvier dernier, elle prend les rênes de Maltot. « C’est quelqu’un de très motivé, de rigoureux, de passionné et qui a la capacité de manager. Dans ce milieu, il faut avoir du répondant », souffle en vieux routier Georges Laignel, son prédécesseur.

MFR par conviction
Car en cet après-midi de mai, Georges est de passage à Maltot. Non pas qu’il fasse de l’intrusion ou qu’il n’arrive pas à décrocher, mais il reste la cheville ouvrière de la manifestation «Le bœuf en fête»  qui se tient dimanche prochain. L’occasion d’évoquer des souvenirs. Fils de petits agriculteurs de Crouttes dans l’Orne, Georges Laignel s’est préformé à Maltot avant d’y enseigner en 1977 les sciences, les mathématiques, la chimie. On comptabilisait une centaine de stagiaires adultes à l’époque. « Des gens un peu fâchés avec l’école mais terriblement passionnés », se souvient-il. Puis vint le grand tournant en 1989, le Château et l’IREO se marient pour le meilleur. «Pour faire des économies de fonctionnement, pour mutualiser des moyens, pour être plus professionnels». Georges est le directeur adjoint de cette nouvelle structure et en prendra la tête en 1993 au départ de Rémy Guilleux. 
Notre ornais de souche aura enseigné pendant près de 40 ans, « jusqu’au dernier jour », insiste-t-il. Combien d’agriculteurs calvadosiens ou normands l’ont écouté sur les bancs de Maltot ? Il n’a jamais fait les comptes mais il en retrouvera un échantillon significatif autour du bœuf, un bœuf en fête...


MFR Maltot La France
14930 Maltot
Tél. 02 31 26 94 98
Fax. 02 31 26 08 13
Email : mfr.maltot@mfr.asso.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité