Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une seconde vie pour vieilles machines

Stéphane et Michel sont tous deux mécaniciens automobiles mais c'est dans l'agricole d'antan qu'ils prennent leur pied. Visites dans deux cavernes d'Ali Baba et les 40 tracteurs.

Dimanche prochain à Tinchebray (61), se tiendra le 4éme Puce Tracteurs. Stéphane Robbes (petit-fils d’agriculteur et mécanicien automobile à Flers) et Michel Riant (fils d’agriculteurs et garagiste automobile à Larchamp) y exposeront des pièces de toute beauté.

Au catéchisme en Sift 22
Chez les Robbes, la passion pour les vieilles machines agricoles se transmet de génération en génération. Andrée (les chiffres 2 et 8 composant son âge mais on ne sait pas dans quel ordre) prenait il y a quelques années encore le volant de son Sift 22 parfaitement restauré par Stéphane, son petit-fils. Souvenirs, souvenirs puisque c’est avec ce tracteur précisément, qu’elle l’emmenait au catéchisme alors qu’il était encore en culottes courtes. Souvenir et émotion aussi devant ce véhicule Citroën transformé que le grand-père (aujourd’hui disparu) de Stéphane avait commencé à retaper. “Ma passion est partie de ce Sift, se souvient-il, mais un tracteur tout seul, ce n’est pas drôle.” Alors il a mis le petit doigt dans l’engrenage mais sans se faire avaler tout le bras. Le temps et l’argent constituent des facteurs limitants d’autant plus que notre rénovateur est un perfectionniste. Stéphane n’adapte pas, ne transforme pas... Il fait renaître les vieilles carcasses dans leur conception d’origine. Il n’aime pas trop ce qui brille. Il les préfère dans leur jus. Et d’avouer que ses connaissances en mécanique automobile ne lui sont d’aucun secours quand il s’agit de redémarrer un vieux moteur des années 50. Des moteurs qui démarrent tous, chacun à sa façon. “Il faut le coup de main et faire preuve de patience”. Et il en faut pour les 22 tracteurs qui meublent sa collection.

La rareté du produit pour Michel
A quelques kilomètres de chez Stéphane, Michel Riant nous a ouvert aussi les portes de sa remise. A l’intérieur, 25 tracteurs du “parfait état de marche” à “moteur grippé, révision à prévoir”.Ce que je recherche, c’est avant tout la rareté du produit”, commente-t-il. Et s’il est propriétaire d’une Ferrari 348, ce n’est pas un signe de richesse mais de passion. Pas question  de faire des folies financières. Il faut flâner et discuter pour flairer la bonne affaire. Raison de plus pour se rendre à Tinchebray dimanche. Des passionnés vous attendent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité