Aller au contenu principal

Claude Maisonneuve et l'assurance-climat
Une sécurité que j’intègre dans mon coût de production

Claude Maisonneuve a opté pour l’assurance-récolte il y a 2 ans. 400 e de cotisations(1) pour la campagne 2010/2011. sans retour sur investissement. Pas de regret pour autant. “C’est une sécurité que j’intègre dans mes coûts de production”, assume-t-il.

“Avec l’assurance-récolte, on assure la campagne laitière. En cas d’aléas climatiques, on n’est pas obligé de courir après la nourriture”.
“Avec l’assurance-récolte, on assure la campagne laitière. En cas d’aléas climatiques, on n’est pas obligé de courir après la nourriture”.
© TG
Une cinquantaine de vaches laitières, une soixantaine de vaches allaitantes. Le tout sur 24 ha de maïs et 56 de prairies... Claude Maisonneuve est un agriculteur chargé : 1,90 UGB/ha. Installé depuis 1976, il craint les aléas climatiques et ses conséquences en terme de stocks fourragers. “Quand on a des bêtes et rien à leur donner à manger, c’est stressant”, lâche-t-il se souvenant des branches abattues dans le bocage pour nourrir à minima les cheptels durant la sécheresse du siècle dernier. Quand l’offre assurance-récolte est apparue, il l’a donc naturellement adoptée. “Subventionnée à 65 %, son coût n’est pas excessif”, note-t-il en préalable.

24 ha de maïs assurés
A côté des 24 ha de maïs (14 t/MS/ha de rendement moyen) qu’il cultive, Claude Maisonneuve achète chaque année 40 à 50 t d’ensilage en sus. “Un stock tampon, un volant de sécurité” mais une sécurité toute relative. Il suffit d’une baisse de rendement de l’ordre de 20 % pour qu’il se retrouve en flux tendu. Une situation face à laquelle il a bien pensé se trouver confronté jusqu’en juin. Eté et automne ont rectifié le tir et plus que compensé le retard au démarrage. 
Claude aurait-il cotisé pour rien ? “Je ne suis pas dans cet état d’esprit. L’assurance-récolte, c’est un acte de gestion. Une cotisation que j’intègre dans mes coûts de production”, résume-t-il. Un choix stratégique conforté par le changement climatique. Un élément à prendre en compte dans les années à venir. Dans l’immédiat, à chacun de se forger son opinion. “En système extensif, elle ne s’impose sans doute pas. En système plus intensif, il faut assurer sa campagne laitière et ne pas être obligé de courir après la nourriture”. 


(1) : le coût de l'assurance est de 400 € dont il faut déduire 65% de subvention PAC soit un cout de revient de 140 € (5,8 €/ha).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité