Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une semaine de bio temps

Le bio dans la Manche, ça se fête. Du 17 au 25 septembre, plus de 300 événements autour de l’AB et des circuits courts seront organisés en France. Pour la campagne nationale « Manger bio et local c’est l’idéal », la Manche met en place une quarantaine d’animations.

© MM

Avec une envie des consommateurs de manger de plus en plus « sainement », le bio a vu, au fil des ans, ses adeptes augmenter en nombre. Afin de marquer les esprits, les producteurs et autres acteurs manchois souhaitent promouvoir les produits bio et locaux et les circuits courts grâce à 40 animations. 
Animations et découvertesPour cette 6e année consécutive, la FNAB* organise plus de 300 événements regroupant les producteurs, des distributeurs, des associations, des marchands, et même des cinémas. Sur la région, Agrobio Basse-Normandie, le GRAB de Haute-Normandie et interbio Normandie s’associent pour proposer un programme riche en festivités : plus de 250 animations organisées du 17 au 25 septembre.Au Theil (50), Laurent et Sylvie Groult ouvrent les portes de leur ferme le dimanche 18 septembre. A l’ordre du jour, traite des vaches à 8 h, visite de la ferme et du site de transformation (crème, beurre et yaourts). A partir de 10 h 30, petit déjeuner autour des produits locaux et mini-marché. « Il faut développer au maximum au niveau local. Sensibiliser les consommateurs aux enjeux économiques et environnementaux », soulève Laurent Groult.Une sensibilisation pour une amélioration. Voilà l’objectif de cette semaine biologique. 
La Manche et la fièvre ABFin 2015, la France enregistrait 28 884 fermes biologiques. Une surface qui avait progressé à 23 % depuis 2014, soit 1,3 million d’hectares. En Basse-Normandie, il y avait 1 200 producteurs en 2015. Pour la Manche, 440 producteurs sont installés en 2016 (une cinquantaine de plus que l’année dernière). Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes. Face à ses installations et conversions à l’agriculture bio en augmentation, la demande des consommateurs est aussi forte. Et les prix dans tout ça ? Pour les paysans manchois, « ce n’est pas une façon de consommer qui est forcément plus chère. Il faut aussi savoir gérer son réfrégirateur et son budget comme il faut ». Une semaine manchoise chargée en initiatives donc. La variété des animations est à souligner. Entre concerts, projection, découvertes autour de repas et différents ateliers, la Manche et ses 440 fermes bio frappent fort. La restauration collective se met au bio local. 41établissements scolaires de la Manche vont pendant une semaine, proposer des repas à base de produits bio et locaux. De quoi encourager les écoles, les familles et l’ensemble des citoyens.
Environnement et enjeuxRespecter l’environnement tout en conservant un équilibre avec les cultures, c’est possible. L’objectif de cette semaine est aussi de faire prendre conscience à la population qu’en optant pour les produits bio, le consommateur participera à la promotion de ce système. Une agriculture qui va dans le même sens que l’écosystème. Pour mettre en avant ce mode de production, les paysans bio manchois souhaitent que les citoyens prennent conscience des enjeux environnementaux, économiques, mais aussi des bienfaits sur la santé humaine. Tout en préservant les sols, les produits cultivés sont de forte qualité nutritionnelle et gustative. Avis aux amateurs, une semaine d’échanges et de découvertes à ne pas rater.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité