Aller au contenu principal
Font Size

Innovant
Une stabulation circulaire pour les génisses

Le bâtiment « parapluie » est un concept innovant. Il allie la rapidité de construction et la simplification du travail en élevage.

Stabulation circulaire
Le concept de bâtiment circulaire permet une simplification du travail.
© CRAN

Les associés de Gaec du Gard sur la commune de Breuville dans le Cotentin (50) ont fait le choix d’un concept de bâtiment innovant pour le logement des génisses d’élevage de l’exploitation. Dès le début de la réflexion, l’objectif des associés du Gaec du Gard (Philippe Mouchel et Raphaël Legendre) était de pouvoir loger les génisses de renouvellement  dans de bonnes conditions de logement et avec une simplification du travail. L’idée de départ était de partir sur un bâtiment de type « serre multi-dômes ». Mais après plusieurs semaines de réflexion, les éleveurs ont arrêté leur choix sur une stabulation  circulaire  baptisée «  Round-house » : un concept venu d’Angleterre et commercialisé par la société Idagro .

Une implantation favorable

Le choix de l’implantation de ce type de bâtiment est primordial et mérite une réflexion en amont du projet, notamment par rapport aux vents dominants. Au Gaec du Gard, l’implantation a été réalisée au milieu du siège d’exploitation entouré des autres bâtiments d’élevage (stabulation vaches laitières, stabulation génisses, stockage matériel …) à l’emplacement d’anciennes plates formes à ensilage.
L’objectif des associés du Gaec était de pouvoir faire transiter les génisses et les vaches taries depuis les bâtiments existants en faisant  le moins de distance possible. Dans la mesure où le bâtiment est ouvert à 360° et dépourvu de bardage, les autres bâtiments de l’exploitation implantés en périphérie  permettent de limiter l’impact des vents dominants (sud-ouest).

Un poste maçonnerie réduit au strict minimum

Les éleveurs ont réalisé eux-mêmes la maçonnerie. Elle se limite à des massifs bétons pour l’ancrage de la structure du bâtiment. Un massif béton pour le maintien du poteau central galvanisé et des poteaux périphériques (côté table d’alimentation).
La zone de tri  centrale du bâtiment est dotée d’un béton au sol tout comme le couloir de contention et d’embarquement. On peut noter également l’absence de murs de séparation entre les lots de génisses. Celle-ci se fait par des barrières positionnées en forme de portions de « camembert ». Il n’y a pas non plus  de béton au niveau de l’aire de couchage.

Une structure « parapluie » galvanisée

La charpente du bâtiment circulaire ressemble à un parapluie, avec un mât central sur lequel sont fixées les fermes galvanisées et au bout desquelles  viennent se positionner les poteaux extérieurs (IPN) pour la délimitation de la table d’alimentation.
La couverture est constituée  d’une bâche tendue de teinte gris anthracite, favorisant l’intégration du bâtiment dans son environnement. Dans le cas présent, le siège d’exploitation est à proximité du bourg de la commune. Concernant la structure et le toit du bâtiment, son originalité réside dans le fait que le montage se réalise au sol. Une fois l’assemblage de la structure effectué,  celle-ci est soulevée par un camion-grue. Le mât central  fait office de guide. Cette conception a permis le montage du bâtiment en 4 jours (hors aménagement intérieur).

Un travail simplifié

Initialement ce bâtiment était conçu pour les bovins engraissements nécessitant  une contention sécurisée. Le concept de bâtiment circulaire permet une simplification du travail, notamment lors de la manipulation et les interventions à réaliser sur les animaux (prophylaxie, pesée, contention …). C’est ce qui a séduit les associés du Gaec. Ces interventions peuvent être assurées  par une personne seule. Chaque lot d’animaux peut ainsi être dirigé vers la zone de tri, avec un système astucieux de jeux de barrières. Le curage de l’aire de couchage se réalise au chargeur, en passant au niveau des barrières cornadis « barres obliques », permettant un enlèvement de la litière de façon indépendante, suivant les lots.
Le circuit de désilage est aussi simplifié par la forme circulaire de la table d’alimentation, évitant les allers-retours en bâtiment d’élevage « traditionnel ». Les associés du Gaec du Gard sont satisfaits de leur choix. Par contre, ce concept de bâtiment « innovant » n’est pas transposable sur toutes les exploitations. Avant d’envisager un projet semblable, il faudra tenir compte des contraintes  environnantes de sol, d’implantation, d’exposition et d’urbanisme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité