Aller au contenu principal

Une stabulation solaire pour compenser la perte de la PAC

Depuis deux mois, la stabulation solaire de Samuel Martin installée à La Ferrière-Hareng (14) est en fonction, avec 100 taurillons dessous, et 700 m2 de panneaux photovoltaïques au-dessus.

© SB

Voilà plus d’un an que Samuel Martin prévoyait agrandir son exploitation. Installé en 1998 en GAEC avec ses parents, il est désormais à la tête de l’EARL du Neufbourg, hameau de La Ferrière-Hareng depuis la fin de l’année dernière.
Spécialisé en taurillons, il en compte désormais 220 sur son exploitation, dont des races locales sous la partie ancienne du bâtiment et 100 nouvelles têtes sous l’extension. Une extension qui a pris en compte les bâtiments existants, et qui forme désormais tout un ensemble.

Compenser
La nouveauté sur cette construction se situe au niveau du toit. Plus de 700 m2 de panneaux photovoltaïques ont été posés. Une installation réalisée par l’entreprise SA2EI, basée dans la région nantaise. “Je pensais bien que j’allais perdre des aides avec la nouvelle PAC” indique l’éleveur. Pour lui, cet investissement permet de “compenser” cette perte. Une perte estimée à 10 000 €.

Un bâtiment clair
L’extension s’intègre dans les anciens bâtiments de l’exploitation. Plusieurs entreprises sont intervenues. Autre que la maçonnerie, la charpente a été réalisée par CPL Bois, basée à Fervaches. “C’est notre cœur de métier que de créer des bâtiments agricoles. Mais il fallait prendre en compte à la fois l’intégration dans un site existant et faire en sorte qu’il réponde aux besoins de l’exploitation. Ce qui a été fait” assure Pascal Desmarais, directeur du site Manche. Au-dessus de cette charpente, ont été posés les panneaux photovoltaïques. Sur une surface de 1 000 m2, il y a 700 m2 recouverts de 400 panneaux. Par travée de 6m, des bandes translucides ont été installées pour laisser entrer la lumière. Une première pour la société SA2EI. “L’éleveur voulait un bâtiment clair. Comme on avait suffisamment de surface, cela a été possible” explique Jean-François Chaillou, technico-commercial. De fait, “j’aime bien entrer dans mon bâtiment” avoue Samuel Martin. Et les animaux donnent l’impression de l’apprécier aussi. “Ils sont calmes”, ajoute-t-il.

Amortir le bâtiment
Au final, ce bâtiment coûte 240 000 €, dont 140 000 € de panneaux, auxquels il faut soustraire une aide de 19 000 €. “La toiture solaire va payer le bâtiment”, indique Jean-François Chaillou. “Il est prévu une production annuelle de 110 Mégawatt/h. Aujourd’hui, un contrat de revente avec ERDF nous lie pendant 20 ans, permettant d’assurer la revente de la production estimée à 15 000 € par an” explique le technicien. Dans un bâtiment annexe sont installés trois onduleurs triphasés garantis 10 ans. Bien entendu, la production varie selon la région, l’orientation et l’inclinaison de la toiture. Mais “l’ennemi du panneau photovoltaïque reste la chaleur. On serait à Marseille, ils ne produiraient pas plus. Au-delà de 25°C, il y a des pertes” explique Jean-François Chaillou. D’autres projets notamment dans la Manche (La Cloutière, la Colombe) devraient aboutir cette année, ainsi que des plus petits projets. Pour tirer les premières conclusions, il faudra attendre un an. Pour autant, Samuel Martin est confiant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Le premier télesco de Camacuma livré en Basse-Normandie
Vendredi 19 mars 2021, Anthony Bayet, président de la Cuma des Salers, à Cricqueville-en-Auge (14), recevait le premier…
Publicité