Aller au contenu principal
Font Size

Prophylaxies
« Une super contention » contre le covid-19

A date de jeudi 19 mars 2020, les prophylaxies considérées comme urgentes sont maintenues. L'éleveur doit assurer une contention optimale et prévenir son vétérinaire si lui, ou son entourage, présente des cas positifs ou suspects de coronavirus.

Cornadis, couloirs de contention, vaches attachées, de quoi se laver les mains régulièrement : toutes les mesures de contention et d'hygiène doivent être prises par l'éleveur.
© JP

L'ordre national des vétérinaires a donné ses consignes : « les professionnels sont invités à ne prendre en charge des animaux qu'en cas de nécessité, pour des raisons de risque sanitaire ou d'impacts en termes économique ou de bien-être animal ». Si les suivis de reproduction ou la visite sanitaire obligatoire annuelle sont par exemple interdits, « les prophylaxies considérées comme urgentes sont maintenues », illustre Étienne Gavart, directeur du GDS 14. Entendre par « urgentes » : « les prophylaxies dont la tuberculose bovine, les prophylaxies si mises à l'herbe des animaux, les contrôles d'achat ».

Gestes barrières

La campagne en cours continue, mais sous réserve « d'une super contention des animaux, prévient Edmond Roy, vétérinaire à Carentan-les-Marais. Les vaches doivent être attachées quand nous arrivons dans l'élevage. Nous devons respecter les gestes barrières » dont la distance de sécurité d'un mètre avec l'éleveur. Impossible, donc d'être deux pour tenir un bovin. « C'est un vrai problème, appuie Etienne Gavart. Car les voisins viennent souvent aider à la contention. » En cette période de confinement, il n'en est donc pas question. « On ne modifie pas la liste des personnes qui sont en contact. La contention doit être réalisée par le cluster du confinement, pour protéger les clients du vétérinaire et le vétérinaire. » Les laboratoires d'analyses continuent de fonctionner.

Si l'éleveur, ou son entourage, présente des cas positifs ou suspects de coronavirus, il est de sa responsabilité de prévenir le vétérinaire, afin de déterminer si la visite non urgence vitale doit être maintenue (en coordination avec le GDS pour les prophylaxies).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité