Aller au contenu principal

Prophylaxies
« Une super contention » contre le covid-19

A date de jeudi 19 mars 2020, les prophylaxies considérées comme urgentes sont maintenues. L'éleveur doit assurer une contention optimale et prévenir son vétérinaire si lui, ou son entourage, présente des cas positifs ou suspects de coronavirus.

Cornadis, couloirs de contention, vaches attachées, de quoi se laver les mains régulièrement : toutes les mesures de contention et d'hygiène doivent être prises par l'éleveur.
© JP

L'ordre national des vétérinaires a donné ses consignes : « les professionnels sont invités à ne prendre en charge des animaux qu'en cas de nécessité, pour des raisons de risque sanitaire ou d'impacts en termes économique ou de bien-être animal ». Si les suivis de reproduction ou la visite sanitaire obligatoire annuelle sont par exemple interdits, « les prophylaxies considérées comme urgentes sont maintenues », illustre Étienne Gavart, directeur du GDS 14. Entendre par « urgentes » : « les prophylaxies dont la tuberculose bovine, les prophylaxies si mises à l'herbe des animaux, les contrôles d'achat ».

Gestes barrières

La campagne en cours continue, mais sous réserve « d'une super contention des animaux, prévient Edmond Roy, vétérinaire à Carentan-les-Marais. Les vaches doivent être attachées quand nous arrivons dans l'élevage. Nous devons respecter les gestes barrières » dont la distance de sécurité d'un mètre avec l'éleveur. Impossible, donc d'être deux pour tenir un bovin. « C'est un vrai problème, appuie Etienne Gavart. Car les voisins viennent souvent aider à la contention. » En cette période de confinement, il n'en est donc pas question. « On ne modifie pas la liste des personnes qui sont en contact. La contention doit être réalisée par le cluster du confinement, pour protéger les clients du vétérinaire et le vétérinaire. » Les laboratoires d'analyses continuent de fonctionner.

Si l'éleveur, ou son entourage, présente des cas positifs ou suspects de coronavirus, il est de sa responsabilité de prévenir le vétérinaire, afin de déterminer si la visite non urgence vitale doit être maintenue (en coordination avec le GDS pour les prophylaxies).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
La nouvelle équipe de JA 61
La restauration collective épluchée en AG
Vendredi 25 septembre, les Jeunes agriculteurs étaient réunis en assemblée générale à Montabard. La nouvelle équipe avait choisi…
Publicité