Aller au contenu principal
Font Size

Laurence Meunier, présidente du Pôle de compétitivité Filière équine
Une trentaine de projets labellisés en deux ans pour un peu plus de 20 Me de financement

Par décision du CIADT (Comité Interministériel de l’Aménagement et du Développement du Territoire) du 12 juillet 2005, la filière équine a obtenu la labellisation par le Gouvernement d’un Pôle de compétitivité Filière équine(1) . Rencontre avec Laurence Meunier, sa présidente, propriétaire du Haras de la Chapelle, Pdg de la société Ecolit (fabricant de litière de lin pour chevaux), organisatrice du Jumping de Cabourg et fondatrice/présidente de Normandy Horse Industry Club.

Laurence Meunier.
Laurence Meunier.
© DR

Le Pôle de compétitivité Filière équine, ça sert à quoi ?
Comme tous les autres Pôles de compétitivité, il a vocation à dynamiser des filières qui fonctionnenent déjà bien et qui connaissent un peu de croissance. L’enjeu est de faire travailler ensemble et en partenariat chercheurs, entreprises et organismes de formation pour faire émerger des projets innovants et générer de l’emploi. 

Quelles structures le composent  ?
Il est porté par le Conseil des Chevaux de Basse-Normandie mais c’est un Pôle de compétitivité national. A partir du moment où une entreprise bas-normande est partante, on peut tout à fait présenter un projet de labellisation auprès du Pôle de compétitivité. Quant aux partenaires, il s’agit essentiellement des financeurs : Conseil régional, Conseils généraux des trois départements bas-normands et du FUI (Fonds Unique Interministériel ex FCE).

Et quels sont vos moyens financiers?
Nous disposons bien sûr d’un budget de fonctionnement. Au delà, la labellisation d’un projet par le Pôle de compétitivité facilite son financement par les collectivités territoriales ou par l’Etat. 

Quelles sont vos réalisations concrètes ?
En deux ans, nous avons labellisé une trentaine de projets représentant un peu plus de 20 Me de financement. Un projet significatif que l’on peut évoquer est SEQUI’SOL. Il fait travailler ensemble une entreprise bas-normande de fabrication de sols équestres (Normandie Drainage), une entreprise de certification des sols de sportifs basée dans les Pays de Loire (Labosport), le laboratoire de recherche publique vétérinaire d’Alfort par l’intermédiaire du centre de Dozulé et l’école vétérinaire de Liège. Il s’agit donc d’un projet transversal fédérant entreprises privées et chercheurs pas exclusivement français.

D’autres exemples ?
Equi-ressources est également un projet innovant. Il se veut être l’agence nationale pour l’emploi du cheval. C’est un partenariat entre les Haras nationaux et l’ANPE basé au Haras du Pin. L’objectif est de répondre à toutes les offres et demandes d’emplois de la filière équine. Cette initiative, qui a vu le jour il y a un peu plus d’un an, a permis à 500 personnes de trouver un emploi.
Au delà et dans un second temps, il s’agira de mettre en phase les formations proposées avec les attentes des entreprises de la filière équine.
Recueillis par TH. Guillemot

(1) : 23, rue Pasteur
14120 Mondeville
Tél. 02 31 27 10 10 - Fax. 02 31 27 10 11
contact@pole-filiere-equine.com
www.equiressources.fr
www.pole-filiere-equine.com

Définition
Un pôle de compétitivité se définit comme la combinaison sur un territoire donné d’entreprises, de centres de formation et d’unités de recherche engagés dans une démarche partenariale destinée à dégager des synergies autour de projets communs à caractère innovant et disposant de la masse critique nécessaire pour une visibilité internationale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité