Aller au contenu principal

Origine et qualité par Carrefour
“Une usurpation”

Pendant le salon de l’agriculture, des représentants des filières camembert de Normandie AOP et pont-l'évêque AOP ont exprimé leur mécontentement sur le stand de Carrefour. Ils contestent le lancement de la marque “Origine et qualité”... Explications de Albéric Valais, directeur de l’OS Normande et membre du comité national de l’INAO.

© VM

Pourquoi contestez-vous le lancement de la marque « Origine et qualité Carrefour » ?
« Origine et qualité » : c’est les AOP et les IGP. Carrefour entretient une confusion. Membre du comité national INAO, je suis indigné de voir la récupération du concept de l’origine et de la qualité par une marque commerciale. Je pense que nous pouvons construire des filières avec les distributeurs, sans aller aussi loin. Nous ne voulons pas d’une bataille rangée. Nous sommes dans l’indignation. Nous contestons la démarche de Carrefour.

Cette démarche est-elle légale ?
Quelle est la légitimité de cette démarche ? Si c’est légal ou pas, je ne sais pas. Je ne suis pas avocat, je ne sais pas ce qu’il faut faire ou pas. En revanche, je conteste la légitimité d’un commerçant à récupérer le concept de l’appellation d’origine dans une marque. Quelque part, on abuse du consommateur. Qu’on soit petit ou grand, on doit respecter le concept d’origine.

Votre indignation se focalise sur les deux mots “origine et qualité”?
L’INAO est l’institut national de l’origine et de la qualité. Le consommateur peut comprendre que tous les produits de cette marque sont d’origine et de qualité, donc des AOP ou des IGP. Ce n’est pas le cas.

Le débat porte donc davantage sur le côté éthique que sur un cadre législatif ?
Moi, je me situe vraiment sur la question de l’éthique. Je suis choqué.

Vous montrez votre indignation. Mais face à Carrefour, n’est-ce pas le pot de fer contre le pot de terre ?
Oui, peut-être, mais je le dis quand même. Et si nous sommes nombreux à le dire, on verra bien qui est le pot de terre. Nous devons être nombreux à dénoncer la marque origine et qualité. Dans notre âme et conscience, nous ne laissons pas faire n’importe quoi.

Graindorge a adhéré à la démarche. Elle valorise du lait de vache normande… Qu’en pensez-vous ?
Cette entreprise valorise la race normande et sa démarche de qualité est extrêmement cohérente. Thierry Graindorge a toujours défendu l’AOP, le lait cru et la race normande. Mais, il se retrouve pris entre le marteau et l’enclume. Avec le sigle « origine et qualité Carrefour », le consommateur pourra acheter un camembert AOP Graindorge. Mais avec cette marque, le consommateur trouvera également des fromages non AOP. Problème, la notoriété du premier bénéficiera au second. C’est une usurpation.

En tant que directeur de l’OS race Normande, votre priorité ne pourrait-elle pas être : « peu importe la manière, il faut développer la production de lait de race Normande » ?     Dans cette logique, la marque de Carrefour n’apporte-t-elle pas des perspectives ?
Développer la production, oui. Favoriser le revenu des producteurs, oui. Le problème reste que Carrefour s’approprie l’origine et la qualité. Cela signifie que Carrefour s’approprie la valeur ajoutée. L’importance des signes officiels de qualité est aussi le vrai partage de la valeur ajoutée. Celle-ci bénéficiera uniquement au porteur de la marque. Cette démarche n’est pas vertueuse.

Au salon de l’agriculture, Carrefour dispose d’un stand dans le hall 4. Y a-t-il eu des échanges avec l’enseigne ?
Il y a eu des échanges. Il s’agit, pour l’instant, d’un dialogue de sourds. Mais, quand ce distributeur communique sur « sa filière qualité Carrefour », nous applaudissons des deux mains.  Dans ce cas, Carrefour dit bien, ce qu’il fait, et prend des initiatives de qualité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité