Aller au contenu principal

Coopératives
Union Terres de France, pour une meilleure performance

Neuf coopératives de Haute-Normandie, Ile-de-France et Picardie se rapprochent. Le 2 novembre à Mont-Saint-Aignan, les dirigeants présentaient les objectifs et l’organisation de cette union.

L’Union fait la force. Les coopératives du nord de la France ont fait leur, le célèbre adage, en créant l’Union Terres de France. Cette Union rassemble 9 coopératives de Haute-Normandie, Ile-de-France et Picardie : Cap Seine (76), Noriap (80), Valfrance (60), Force 5 (60), SCA Noailles (60), Capafrance (95), Ucac (60), Calq (27) et Sévépi (27). Un rapprochement et non une fusion, destiné avant tout à optimiser les frais de fonctionnement de chaque coopérative et dont les objectifs et l’organisation ont été présentés, à la presse et aux fournisseurs le 2 novembre à Mont-Saint-Aignan. "Ce que nous souhaitons à travers cette union, c’est renforcer les performances économiques de nos structures afin de mieux travailler à l’accroissement de la rentabilité des exploitations agricoles." Pour Pierre Mille, président d’Union Terres de France, ce rapprochement était indispensable : " l’agriculture a connu une forte baisse de ses revenus depuis 5 à 6 ans. Dans ce contexte, à chaque fois que l’on peut améliorer les performances économiques, il faut le faire." Achats, stocks et logistique D’autant que les trois régions concernées ont de vrais atouts à faire valoir. "Nos régions sont relativement proches en termes de types de production et de types d’exploitations" , explique Antoine Cocagne, le président de Cap Seine. Et de réelles opportunités existent. "Nous sommes dans des régions plutôt bien dotées par le climat, se félicite Pierre Mille. Nous pouvons miser sur l’export vers des zones à forte croissance comme le Maghreb. Des opportunités énergétiques sont en train de se présenter et elles offrent des perspectives encourageantes." "Cette union est le résultat d’une vision commune : trouver des débouchés aux produits agricoles" , ajoute Antoine Cocagne. Les domaines d’activité de l’Union Terres de France concernent les approvisionnements pour les productions végétales (référencements, achats des engrais, des produits phytosanitaires et des semences, agroéquipements et services). En outre, l’Union gérera la mise en marché et le marketing des produits, tout en travaillant à une optimisation de la logistique sur le territoire. L’objectif, bien sûr est de réussir à diminuer les coûts inhérents à chacun de ces postes en massifiant les achats et en gérant les stocks de manière cohérente avec le territoire… En outre, ce rapprochement va donner un poids particulier aux coopératives régionales vis-à-vis des fournisseurs. Des identités préservées Malgré tout, comme l’ont répété les différents intervenants de la journée : "chacun gardera son identité et son autonomie financière". L’idée n’est en effet pas de créer une super-coopérative, mais bien de mettre des moyens en commun au service de chaque coopérative, elle-même au service de ses adhérents respectifs. Pour se faire, l’Union Terres de France s’appuie sur cinq organes. Tout d’abord le conseil d’administration, composé de quatre élus et des directeurs des 9 coopératives membres, fixe les grandes orientations de l’Union. Le comité stratégique au sein duquel siègent les directeurs de trois coopératives et celui de l’Union, est le garant de la mise en œuvre opérationnelle de ces orientations. Cette mise en œuvre se fera grâce à l’équipe administrative, qui anime, entre autres, le comité technique et le comité marketing. Le comité technique, sous la responsabilité de l’Union, pilote et gère les expérimentations conduites pour le compte des 9 coopératives et fournit une base annuelle d’acquisition de données, etc. Enfin, le comité marketing participe au référencement des produits, à l’élaboration des prévisions et de la politique commerciale générale de l’Union. Il définit en outre les plans d’approvisionnement par campagne, tout en assurant le suivi des ventes et l’analyse des marchés.Les principaux dirigeants de Terres de France Président : Pierre Mille (Noriap) Président délégué : Laurent Levesque (Sevepi) Directeur : Hervé Gauthier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité