Aller au contenu principal

Production bovine
Utiliser le levier de la MSA pour passer le cap de la crise bovine

En parallèle de la lettre ouverte aux opérateurs de la filière parue la semaine dernière, la FDSEA sollicite l’appui de la MSA. Elle invite les éleveurs à formuler des demandes d’accompagnement financier auprès de l’instance.

MSA CRISE BOVINE
Pour bénéficier de la mesure, les éleveurs doivent être cotisants à la MSA sous un statut individuel ou sociétaire à titre principal ou à titre secondaire.
© DR

Depuis déjà plusieurs mois, la FDSEA relayée par la FRSEA intervient auprès de la MSA et de l’administration afin que les producteurs de viande bovine entrent dans le dispositif exceptionnel de crise Covid. Dans le même registre, il a été demandé à la MSA d’activer le fonds d’action sanitaire et social pour accompagner les éleveurs. En cas de difficultés de trésorerie, la MSA peut en effet leur accorder, sous conditions, une prise en charge partielle de leurs cotisations couplée ou non à un échéancier de paiement avec une remise partielle, voire totale des frais d’échéancier, voire un autre appui financier. Ces demandes seront examinées au cas par cas par une commission interne de l’organisme social et soumis pour avis à la Section Economie, Structures et Coopératives (Sesco) de la Commission départementale d’orientation de l’agriculture (CDOA). Le montant des aides est plafonné annuellement et rentre dans le cadre des minimis.

Des conditions pour accéder au dispositif

Pour bénéficier de la mesure, les éleveurs doivent être cotisants à la MSA sous un statut individuel ou sociétaire à titre principal ou à titre secondaire. Les cotisants de solidarité, les retraités et les exploitants en liquidation judiciaire par contre ne sont pas éligibles.
La MSA précise que la mesure concerne les cotisations personnelles d’assurance maladie, maternité et invalidité (Amexa), les assurances vieillesse (AVA, AVI), les prestations familiales, les accidents du travail (Atexa), de retraite complémentaire obligatoire (RCO) et la cotisation IJ Amexa.
Ce dispositif peut être élargi à la prise en charge de la part patronale des cotisations sociales (assurances sociales, allocations familiales et accident du travail) si les éleveurs sont employeurs de main-d’œuvre. La FDSEA invite les éleveurs fragilisés par la dégradation des cours de la viande et les conséquences des reports d’abattage de leurs animaux (jeunes bovins, veaux de boucherie…) à se rapprocher de leur caisse de MSA et de leurs structures de conseil pour formuler des demandes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie
La FRSEA de Normandie a terminé ce lundi 21 septembre le renouvellement de ses instances engagé au printemps dernier.
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Publicité