Aller au contenu principal

Production bovine
Utiliser le levier de la MSA pour passer le cap de la crise bovine

En parallèle de la lettre ouverte aux opérateurs de la filière parue la semaine dernière, la FDSEA sollicite l’appui de la MSA. Elle invite les éleveurs à formuler des demandes d’accompagnement financier auprès de l’instance.

MSA CRISE BOVINE
Pour bénéficier de la mesure, les éleveurs doivent être cotisants à la MSA sous un statut individuel ou sociétaire à titre principal ou à titre secondaire.
© DR

Depuis déjà plusieurs mois, la FDSEA relayée par la FRSEA intervient auprès de la MSA et de l’administration afin que les producteurs de viande bovine entrent dans le dispositif exceptionnel de crise Covid. Dans le même registre, il a été demandé à la MSA d’activer le fonds d’action sanitaire et social pour accompagner les éleveurs. En cas de difficultés de trésorerie, la MSA peut en effet leur accorder, sous conditions, une prise en charge partielle de leurs cotisations couplée ou non à un échéancier de paiement avec une remise partielle, voire totale des frais d’échéancier, voire un autre appui financier. Ces demandes seront examinées au cas par cas par une commission interne de l’organisme social et soumis pour avis à la Section Economie, Structures et Coopératives (Sesco) de la Commission départementale d’orientation de l’agriculture (CDOA). Le montant des aides est plafonné annuellement et rentre dans le cadre des minimis.

Des conditions pour accéder au dispositif

Pour bénéficier de la mesure, les éleveurs doivent être cotisants à la MSA sous un statut individuel ou sociétaire à titre principal ou à titre secondaire. Les cotisants de solidarité, les retraités et les exploitants en liquidation judiciaire par contre ne sont pas éligibles.
La MSA précise que la mesure concerne les cotisations personnelles d’assurance maladie, maternité et invalidité (Amexa), les assurances vieillesse (AVA, AVI), les prestations familiales, les accidents du travail (Atexa), de retraite complémentaire obligatoire (RCO) et la cotisation IJ Amexa.
Ce dispositif peut être élargi à la prise en charge de la part patronale des cotisations sociales (assurances sociales, allocations familiales et accident du travail) si les éleveurs sont employeurs de main-d’œuvre. La FDSEA invite les éleveurs fragilisés par la dégradation des cours de la viande et les conséquences des reports d’abattage de leurs animaux (jeunes bovins, veaux de boucherie…) à se rapprocher de leur caisse de MSA et de leurs structures de conseil pour formuler des demandes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité