Aller au contenu principal

Vaccination recommandée et gratuite contre la FCO

La vaccination contre la FCO n’est pas obligatoire, mais conseillée. Compte tenu des risques que fait peser la Fièvre Catarrhale Ovine (F.C.O.) sérotype 8 sur les élevages, le GDS recommande fortement aux éleveurs de ruminants de vacciner leurs animaux, au moins les reproducteurs, au plus vite.

Vacciner, c’est protéger les animaux mais aussi contribuer à l’éradication de la maladie. (Leitenberger)
Vacciner, c’est protéger les animaux mais aussi contribuer à l’éradication de la maladie. (Leitenberger)
© SL

La fièvre catarrhale ovine (FCO), également appelée maladie de la langue bleue est une maladie virale, transmise par des insectes vecteurs du type Culicoïdes (moucherons).
Les espèces sensibles à la FCO sont les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. La FCO entraîne divers symptômes : fièvre, troubles respiratoires, salivations, œdème de la face, etc.
La souche de virus circulant actuellement est identique à celle qui, entre 2007 et 2010, a entraîné des pertes lourdes et des contraintes fortes pour les éleveurs. Or selon les estimations, moins de 15% de bovins de 12 à 60 mois sont porteurs d’anticorps protecteurs contre la maladie.
La vaccination devant être réalisée avant le passage de la maladie, il est essentiel que les animaux soient vaccinés dès maintenant. L’expérience montre que les pics de contamination se produisent durant l’été.

Vaccins en quantité
suffisante
Les doses de vaccin sont désormais disponibles en quantité suffisante pour permettre une vaccination massive. Ces doses sont prises en charge par l’État, dans la limite du stock disponible. Les éleveurs peuvent se rapprocher de leur G.D.S. ou de leur vétérinaire sanitaire pour toute question technique.
Les commandes de vaccins sont à effectuer par les éleveurs désormais directement auprès de leur vétérinaire sanitaire.
La réalisation du vaccin peut-être effectuée par l’éleveur, mais dans ce cas, il n’y a pas de délivrance de certificat.
Pour la vaccination des bovins et ovins, le vaccin BLUEVAC° (CZV) est à privilégier. Le vaccin CALIER pour les ovins ne sera disponible normalement qu’en septembre. Le MERIAL, quant à lui, est à privilégier pour les broutards, pour les besoins d’exports.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Eleveur laitier à bout de souffle : il s'en est sorti et il témoigne
Marcel, 35 ans, s’est installé en Gaec en 2009, dans le bocage ornais. Entre les investissements, l’installation d’une troisième…
panneaux solaires
Soleil 14, ou le cadastre solaire pour tomber dans le bon panneau
Soleil 14 est portée par le Syndicat départemental d’énergies du Calvados et les 16 intercommunalités du département. La…
500 ch en bord de mer
Vincent Michel, ferme de la Saline dans le Calvados, a commandé avant l’été, le Fendt Vario 1050. Il est arrivé dans la cour de…
coopération laitière, négociations commerciales
La coopération laitière lance une alerte
Dans le bras de fer commercial opposant distribution et transformation qui doit trouver son épilogue avant le 1er mars 2022, la…
Littoral Normand Déleg Génisses
Déleg Génisses : un service à la hauteur des attentes et en devenir
Un peu plus d’un an après son lancement par Littoral Normand, retour bilanciel sur Déleg Génisses, un service de délégation d’…
RENCONTRE FILIERE PORCINE FRSEA NORMANDIE
La production porcine à l’heure de la loi Egalim 2
Egalim 2, fin de la castration, crise du porc… les sujets n’ont pas manqué pour animer la réunion organisée par la FRSEA de…
Publicité