Aller au contenu principal

Vaccination recommandée et gratuite contre la FCO

La vaccination contre la FCO n’est pas obligatoire, mais conseillée. Compte tenu des risques que fait peser la Fièvre Catarrhale Ovine (F.C.O.) sérotype 8 sur les élevages, le GDS recommande fortement aux éleveurs de ruminants de vacciner leurs animaux, au moins les reproducteurs, au plus vite.

Vacciner, c’est protéger les animaux mais aussi contribuer à l’éradication de la maladie. (Leitenberger)
Vacciner, c’est protéger les animaux mais aussi contribuer à l’éradication de la maladie. (Leitenberger)
© SL

La fièvre catarrhale ovine (FCO), également appelée maladie de la langue bleue est une maladie virale, transmise par des insectes vecteurs du type Culicoïdes (moucherons).
Les espèces sensibles à la FCO sont les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. La FCO entraîne divers symptômes : fièvre, troubles respiratoires, salivations, œdème de la face, etc.
La souche de virus circulant actuellement est identique à celle qui, entre 2007 et 2010, a entraîné des pertes lourdes et des contraintes fortes pour les éleveurs. Or selon les estimations, moins de 15% de bovins de 12 à 60 mois sont porteurs d’anticorps protecteurs contre la maladie.
La vaccination devant être réalisée avant le passage de la maladie, il est essentiel que les animaux soient vaccinés dès maintenant. L’expérience montre que les pics de contamination se produisent durant l’été.

Vaccins en quantité
suffisante
Les doses de vaccin sont désormais disponibles en quantité suffisante pour permettre une vaccination massive. Ces doses sont prises en charge par l’État, dans la limite du stock disponible. Les éleveurs peuvent se rapprocher de leur G.D.S. ou de leur vétérinaire sanitaire pour toute question technique.
Les commandes de vaccins sont à effectuer par les éleveurs désormais directement auprès de leur vétérinaire sanitaire.
La réalisation du vaccin peut-être effectuée par l’éleveur, mais dans ce cas, il n’y a pas de délivrance de certificat.
Pour la vaccination des bovins et ovins, le vaccin BLUEVAC° (CZV) est à privilégier. Le vaccin CALIER pour les ovins ne sera disponible normalement qu’en septembre. Le MERIAL, quant à lui, est à privilégier pour les broutards, pour les besoins d’exports.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Une première au Salon pour Corentin Angot
Diplômé ingénieur agronome, Corentin Angot se plaît à travailler sur la ferme paternelle à Gouffern-en-Auge, dans l'Orne en…
Publicité