Aller au contenu principal

Vaccination recommandée et gratuite contre la FCO

La vaccination contre la FCO n’est pas obligatoire, mais conseillée. Compte tenu des risques que fait peser la Fièvre Catarrhale Ovine (F.C.O.) sérotype 8 sur les élevages, le GDS recommande fortement aux éleveurs de ruminants de vacciner leurs animaux, au moins les reproducteurs, au plus vite.

Vacciner, c’est protéger les animaux mais aussi contribuer à l’éradication de la maladie. (Leitenberger)
Vacciner, c’est protéger les animaux mais aussi contribuer à l’éradication de la maladie. (Leitenberger)
© SL

La fièvre catarrhale ovine (FCO), également appelée maladie de la langue bleue est une maladie virale, transmise par des insectes vecteurs du type Culicoïdes (moucherons).
Les espèces sensibles à la FCO sont les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. La FCO entraîne divers symptômes : fièvre, troubles respiratoires, salivations, œdème de la face, etc.
La souche de virus circulant actuellement est identique à celle qui, entre 2007 et 2010, a entraîné des pertes lourdes et des contraintes fortes pour les éleveurs. Or selon les estimations, moins de 15% de bovins de 12 à 60 mois sont porteurs d’anticorps protecteurs contre la maladie.
La vaccination devant être réalisée avant le passage de la maladie, il est essentiel que les animaux soient vaccinés dès maintenant. L’expérience montre que les pics de contamination se produisent durant l’été.

Vaccins en quantité
suffisante
Les doses de vaccin sont désormais disponibles en quantité suffisante pour permettre une vaccination massive. Ces doses sont prises en charge par l’État, dans la limite du stock disponible. Les éleveurs peuvent se rapprocher de leur G.D.S. ou de leur vétérinaire sanitaire pour toute question technique.
Les commandes de vaccins sont à effectuer par les éleveurs désormais directement auprès de leur vétérinaire sanitaire.
La réalisation du vaccin peut-être effectuée par l’éleveur, mais dans ce cas, il n’y a pas de délivrance de certificat.
Pour la vaccination des bovins et ovins, le vaccin BLUEVAC° (CZV) est à privilégier. Le vaccin CALIER pour les ovins ne sera disponible normalement qu’en septembre. Le MERIAL, quant à lui, est à privilégier pour les broutards, pour les besoins d’exports.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité