Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vachement bon pour le moral !

Jeudi 16 février, à Isigny-sur-Mer (14), le cinéma club ouvrait ses portes pour l'avant-première de " Vachement Normande ". Ce documentaire montre la vie quotidienne de Barbara Paris, une jeune éleveuse de Normandes du Bessin. Entre émotion, humour et réalité, le film a conquis toute la salle soit 280 personnes.

" C'est un très beau documentaire. Il montre bien ce qu'est la vie à la ferme, que ce soit dans les moments de travail ou dans les moments privés. Il en ressort beaucoup d'émotions ", se réjouit Flavien, un jeune agriculteur en GAEC accompagné de son frère associé Judickaël, et de leur ami Vincent.

Le film pour le métier

Le documentaire de Thierry Carlier n'a pas laissé indifférentes les personnes présentes. " C'est très bien réalisé, naturel et ça montre le côté positif de l'agriculture ", souligne Lara, assistante vétérinaire et Pierre, agriculteur dans la Manche. Durant les 4 saisons, nous suivons Barbara Paris dans sa vie de travail. Entre les concours, les traites, les formations, les inséminations et bien plus encore, Thierry Carlier a su apporter de l'émotion et de l'humour dans une réalité n'étant pas forcément aisée à tourner. " Le film représente notre métier que les gens connaissent de loin. Ça fait aussi du bien de retrouver la Normande ", ajoute Judickaël. " La fiction rattrape souvent la réalité ", confiait Thierry Carlier. En effet, ce qui ne devait être qu'un film de promotion de la radce est devenu un documentaire " phare " pour le métier. Un moyen de montrer aux personnes ce qu'est l'agriculture, et plus précisément l'élevage de nos jours. Le monde agricole reste trop souvent méconnu du grand public. Grâce à ce genre de film, ce problème tend à s'améliorer."Vachement Normande " change des documentaires focalisant la face noire de l'agriculture, trop souvent diffusés.

Des médias négatifs

" Il devrait y avoir plus de films comme celui-là pour permettre aux gens de se rendre compte de ce qu'il se passe vraiment dans l'agriculture. Il y a beaucoup de documentairesoù l'on voit juste la face noire du métier. On insiste trop sur cette face-là, sur les suicides ou les redressements. Il faut montrer davantage l'autre face. Celle qui montre les gens essayant de faire en sorte de garder le moral. C'est ce que transmet ce film ce film, il faut le voir ", enchérissent Flavien et son frère ainsi que Vincent.

Avec l'envie, on y arrive

" Ils sont vachement naturels (c'est le cas de le dire)", s'amuse Pierre. " Même si l'on voit du négatif, il y a beaucoup de moments de bonheur, de sorties et d'échange. Il faut arrêter de plonger dans le côté sombre de la chose. Ce documentaire reste très positif car il montre qu'avec l'envie, on y arrive ", termine l'agriculteur.

Ne loupez pas " Vachement Normande ", réalisé par Thierry Carlier. Venez suivre Barbara Paris durant une année le 27 février à 23h40 sur France 3.

Christine Paris

Enseignante à la retraite

" Je trouve ça super d'avoir fait ce film. On est dans un territoire rural avec beaucoup d'agriculteurs et ils en bavent en ce moment. À travers Barbara, c'est tous les agriculteurs à qui on veut rendre hommage. Je suis très fière d'elle. C'est une vraie passionnée, elle a trainé son père dans les comices, elle a fait les études pour et rencontré un autre passionné. Malgré la crise, ça donne espoir pour tous ces jeunes. J'aimerais rajouter que l'ouverture dans ce métier, c'est primordial pour être bien équilibré. Il ne faut pas hésiter à garder un réseau social.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité