Aller au contenu principal

Génotypage
Vaches allaitantes : des éleveurs avec l’ADN du progrès

Dominique et Gérard Bliault participeront au prochain festival de l’élevage de Vire. Particularité de leurs animaux : ils sont génotypés. La pratique est devenue automatique dans cet élevage de Livarot.

© VM

Facilité de naissance : 5. Potentiel de croissance : 8. Développement musculaire : 7. Développement squelettique : 9. Finesse d’os : 7. Facilité de vêlage : 4. Aptitude à l’allaitement. Hélice, née le 1er avril 2012, sera au festival de l’élevage. La bête a reçu un carnet de note honorable. L’éleveur a pu le comparer avec la moyenne de la race. Ces résultats sont censés être infaillibles, car issus de l’ADN de la vache. Même s’ils approchent de la retraite, Dominique et Gérard Bliault se sont pris au jeu du génotypage. La pratique est en passe de révolutionner leur quotidien. Le génotypage est possible sur les animaux de race limousine.  L’élevage a donc décidé d’utiliser à fond cette possibilité. Désormais, toutes les génisses sont génotypées. En 2012, 9 bêtes ont donc été testées. “On peut maintenant déterminer plus rapidement le potentiel génétique des animaux. Nous serons certains de ce que nous achetons ou vendons”, explique Gérard Bliault. L’éleveur conserve cependant un zest de prudence. “Pour l’instant, nous conservons tous les animaux. A terme, cela doit aider à les trier plus facilement. Nous aurons totalement confiance dans cette pratique en observant nous-même le résultat”.

Un test à 80 €
La société Ingenomix se charge du test. Un technicien ou l’éleveur prélève du poil sur la queue de l’animal. Le test complet est ensuite facturé 80 €. Mais cette somme n’est pas une charge, mais bien un investissement selon Pascal Sauget, technicien de Bovins Croissance. L’organisme de conseil accompagne le génotypage. “On progresse beaucoup plus vite car on connaît les qualités et les défauts de son animal. En conséquence, on choisit un taureau plus adapté lors du plan d’accouplement. Sur les gros troupeaux, on peut imaginer une vraie sélection sur la facilité de naissance. Celles qui ne vêlent pas bien partiront à la viande. Vus les frais de véto, c’est une piste à étudier sérieusement”.

3 animaux génotypés à Vire
La pratique se développe peu à peu. Cinq éleveurs l’utilisent actuellement dans le Calvados. En allaitant, seule la Limousine permet de réaliser ce test. Mais la technique devrait prochainement s’étendre aux autres races.
Trois génisses génotypées seront présentes au concours de Vire. Toutes sont issues de l’élevage Bliault. Deux ont été vendues aux enchères lors de la foire de Lisieux. Elles seront aussi à Vire avec leur nouveau propriétaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité