Aller au contenu principal

Génotypage
Vaches allaitantes : des éleveurs avec l’ADN du progrès

Dominique et Gérard Bliault participeront au prochain festival de l’élevage de Vire. Particularité de leurs animaux : ils sont génotypés. La pratique est devenue automatique dans cet élevage de Livarot.

© VM

Facilité de naissance : 5. Potentiel de croissance : 8. Développement musculaire : 7. Développement squelettique : 9. Finesse d’os : 7. Facilité de vêlage : 4. Aptitude à l’allaitement. Hélice, née le 1er avril 2012, sera au festival de l’élevage. La bête a reçu un carnet de note honorable. L’éleveur a pu le comparer avec la moyenne de la race. Ces résultats sont censés être infaillibles, car issus de l’ADN de la vache. Même s’ils approchent de la retraite, Dominique et Gérard Bliault se sont pris au jeu du génotypage. La pratique est en passe de révolutionner leur quotidien. Le génotypage est possible sur les animaux de race limousine.  L’élevage a donc décidé d’utiliser à fond cette possibilité. Désormais, toutes les génisses sont génotypées. En 2012, 9 bêtes ont donc été testées. “On peut maintenant déterminer plus rapidement le potentiel génétique des animaux. Nous serons certains de ce que nous achetons ou vendons”, explique Gérard Bliault. L’éleveur conserve cependant un zest de prudence. “Pour l’instant, nous conservons tous les animaux. A terme, cela doit aider à les trier plus facilement. Nous aurons totalement confiance dans cette pratique en observant nous-même le résultat”.

Un test à 80 €
La société Ingenomix se charge du test. Un technicien ou l’éleveur prélève du poil sur la queue de l’animal. Le test complet est ensuite facturé 80 €. Mais cette somme n’est pas une charge, mais bien un investissement selon Pascal Sauget, technicien de Bovins Croissance. L’organisme de conseil accompagne le génotypage. “On progresse beaucoup plus vite car on connaît les qualités et les défauts de son animal. En conséquence, on choisit un taureau plus adapté lors du plan d’accouplement. Sur les gros troupeaux, on peut imaginer une vraie sélection sur la facilité de naissance. Celles qui ne vêlent pas bien partiront à la viande. Vus les frais de véto, c’est une piste à étudier sérieusement”.

3 animaux génotypés à Vire
La pratique se développe peu à peu. Cinq éleveurs l’utilisent actuellement dans le Calvados. En allaitant, seule la Limousine permet de réaliser ce test. Mais la technique devrait prochainement s’étendre aux autres races.
Trois génisses génotypées seront présentes au concours de Vire. Toutes sont issues de l’élevage Bliault. Deux ont été vendues aux enchères lors de la foire de Lisieux. Elles seront aussi à Vire avec leur nouveau propriétaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité